[DOC] Secrets d’Histoire: Nicolas II

Retour sur le destin du dernier tsar russe. Nicolas II, despote sanglant ou martyr de l’histoire?

1044866

Non, la Russie en 2014, ce n’est pas que Sotchi, ses médailles et ses installations un poil bancales. Cette année, le pays fête également les quatre cents ans de la dynastie des Romanov qui donna à l’empire quinze de ses souverains. Une longue et tragique histoire qui s’acheva dans un bain de sang, avec l’exécution du dernier empereur et de sa famille: Nicolas II. Celui que l’on surnommait alors "Nicolas le sanglant" est-il avant tout un martyr, comme l’estiment nombre de Russes aujourd’hui? Il n’était définitivement pas fait pour le rôle, en tout cas. Une erreur de casting soulignée par les intervenants de ce nouveau Secrets d’histoire, pointant les rêves de paix et de bonheur simple d’un homme qui se rêvait marin.

 

Pas de chance, il doit monter sur le trône à l’âge de 26 ans pour succéder à un père disparu trop tôt, sans l’avoir initié à l’art de gouverner. Dès lors, impairs, fautes tactiques et malentendus n’en finiront pas de s’enchaîner. Car Nicolas II, tout entier tourné vers sa famille, ne sent pas les aspirations nouvelles de ses compatriotes. Le peuple russe rêve de réformes et de liberté. Lui, se cramponne à son pouvoir autocratique et brille par sa politique conservatrice. Une incompréhension grandissante que le magazine illustre au travers des différentes facettes de la vie de Nicolas II. Les épisodes qui ont façonné la légende – l’influence du trouble Raspoutine sur le couple impérial, la fin tragique de leur famille. Mais aussi la politique expansionniste du tsar – qui, au Japon, se solde par un désastre – ou son implication aux côtés de la France dans la Première Guerre mondiale, alors que se prépare la Révolution russe de 1917. Nicolas II était persuadé d’être né sous une mauvaise étoile. C’est peut-être là qu’il fut le plus clairvoyant, jouant de malchance tout au long d’un règne à l’issue dramatique.

Plus d'actualité