[DOC] Roger Couderc, le 16eme homme

France 2 rend hommage à Roger Couderc, journaliste sportif au style mémorable disparu il y a tout juste 30 ans.

1052396

Il pouvait tout commenter: du cyclisme, du tennis, de l'automobile ou même du catch. Mais c'est le rugby qui a fait entrer Roger Couderc au panthéon des journalistes sportifs. Son style était reconnaissable parmi mille: il ne se contentait pas de restituer des faits, il les emballait de façon presque romanesque, emmenant son audience dans une véritable épopée avec des héros, des perdants, des rires, des larmes et, surtout, des frissons. Quand le micro s'allumait, tout le monde l'écoutait. Même quand un match de rugby passait à la télé, beaucoup de spectateurs préféraient couper le son pour entendre les commentaires de Couderc à la radio, sur Europe 1. "L'équipe de France joue en bleu sur la gauche de votre transistor…", s'amusait-il alors.

Au début des années 70, l'homme inaugure la formule "un journaliste, un consultant", dont plus personne ne se passe aujourd'hui (surtout en France). La seconde partie du tandem s'appelle alors Pierre Albaladejo, autre voix du rugby (et ancien joueur) qui a toujours considéré son ami comme un extraterrestre du micro: "Volubile et enthousiaste, il était né pour communiquer, spontanément et instinctivement, quitte à tout exagérer tout le temps" . Aujourd'hui enterré à Mauvezin (dans le Gers) avec les jambes tournées vers le terrain de rugby local, Roger Couderc manque cruellement au(x) poste(s). Voilà pourquoi France 2, juste avant d'ouvrir la 4ejournée du Tournoi des VI Nations, a choisi de le faire entrer au jeu avant tout le monde. Un portrait qui raconte une vie riche, intense et passionnée, même une fois le micro éteint. La vie d'un petit gars qui sortait du Lot (où il est né), qui n'a jamais voulu grandir et qui a transformé chacun de ses essais en succès. On le surnommait "le 16ehomme" et, de l'avis de tous, c'était loin d'être exagéré…

Plus d'actualité