[DOC] Oui mais non! Le compromis à la Belge

La Belgique vue par son célèbre compromis, ou inversement. Un vrai document didactique pour toute nation en détresse.

1111228

Alors que les présidents de parti tentent de former un gouvernement fédéral, Marie Mandy se penche sur l'essence même de notre pays, son ADN, son mode de fonctionnement: le bon vieux compromis. La création de la Belgique en est d'ailleurs la première illustration. La révolution d'août 1830 a été menée par un peuple uni qui a repoussé Guillaume Ier derrière ses frontières bataves. La population savait ce dont elle ne voulait plus – mais ignorait ce qu'elle souhaitait. Lorsque germe l'idée d'une monarchie constitutionnelle, le choix du premier roi est judicieux: Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha, un Allemand, veuf d'une Britannique, et époux de Louise d'Orléans, une Française. De quoi plaire à tout le monde ou ne déplaire à personne… Depuis, les Belges du Nord et du Sud ont accepté "par contrat" de cohabiter. Et au fil des ans, ils ont appris à mettre de l'eau dans leur vin. Au point qu'aujourd'hui, le Belge excelle dans l'art subtil de la conciliation. Un exercice dont personne ne doit ressortir perdant – même si personne n'est forcément gagnant non plus. L'obligation étant toujours de trouver une solution "win-win".

La réalisatrice a mené une enquête – qui manque beaucoup de fantaisie – dans les couloirs du Parlement, les cabinets ministériels et les rédactions, pour rencontrer des politiques (Herman et Alexander De Croo, Antoinette Spaak, Magda Aelvoet, Miet Smet, Karl-Heinz Lambertz, Laurette Onkelinx), des journalistes (Johanne Montay, Jean Quatremer), des historiens (Anne Morelli…). Tous reviennent sur les compromis emblématiques de ces dernières décennies. Dont cette célèbre "incapacité de régner" de Baudouin. Un cas qui n'a jamais fait jurisprudence, car il ne pouvait se passer qu'en Belgique, une fois. Non, peut-être?

Sur le même sujet
Plus d'actualité