[DOC] Les 10 ans de « Plus belle la vie »

En 2004, personne n'aurait parié le moindre pastaga sur une série créée autour d'un bar vieillot à Marseille. Dix ans plus tard,son jour de gloire est arrivé.

1100964

Sur le papier, c'était loin d'être gagné: la chronique sociale d'un quartier imaginaire en carton-pâte, (mal) interprétée par une poignée de comédiens inconnus au bataillon. Pourtant, en juillet 2008, la série fête son millième épisode, une première dans l'histoire de la télévision française. Comment cette catastrophe industrielle programmée a-t-elle réussi à se muer en une sidérante success-story? C'est ce qu'explique, non sans humour, le docu consacré aux noces d'étain du Mistral et de ses 6 millions de fidèles téléspectateurs, diffusé dans la foulée du prime.

Après un lancement chaotique, les producteurs ont fini par trouver la botte secrète: miser sur des acteurs au physique passe-partout qui permettent l'identification, intégrer dans chaque épisode trois histoires parallèles aux multiples rebondissements, traiter des sujets présents au cœur de l'actualité selon diverses grilles de lecture pour ne fâcher personne, aborder des questions de société sans prêchi-prêcha et provoquer le buzz avec des séquences qui mettent le CSA en pétard (comme la dernière en date qui décrit minutieusement la technique du roulage de joints).

Aujourd'hui, la série a propulsé au rang de stars des acteurs dont on ne connaît même pas le nom, elle attire à Marseille chaque année plus de 100.000 touristes venus visiter un quartier qui n'existe pas, elle a célébré le premier mariage gay de la télé française, elle a dopé l'art du placement de produits et elle favorise les discussions intergénérationnelles à l'heure du repas. "- Maman, c'est quoi une fellation? – Tais-toi, mange ta soupe et regarde Plus belle la vie, tu comprendras."

Sur le même sujet
Plus d'actualité