[DOC] Le petit guide de l’empoisonneur: naissance de la médecine légale

Un docu-fiction fort bien mené sur les débuts de la toxicologie dans l’Amérique des années 20.

1183191

Il fut une époque où les criminels pouvaient presque dézinguer tranquillement: aux armes traditionnelles s’ajoutaient quantité de substances toxiques susceptibles de provoquer la mort sans éveiller les soupçons. D’autant que, dans l’Amérique du début du XXe siècle, les cadavres étaient soumis à l’examen approximatif d’un "coroner", titre fantoche attribué par le maire à n’importe lequel de ses concitoyens et dont les récipiendaires modifiaient sans vergogne un certificat de décès moyennant finances. Un sacré bazar dans lequel deux hommes sont venus apporter un peu d’ordre et d’éthique.

Formé en Europe, le docteur Charles Norris veut en finir avec ce système corrompu. Il obtient en 1918 de créer un service d’expertise médico-légal professionnel, dont il prend aussitôt la tête. Mais le médecin est encore bien seul: trop intègre, il dérange les autorités locales et se heurte au scepticisme d’une justice qui n’apporte aucune crédibilité à son travail. Sa collaboration avec le jeune toxicologue Alexander Gettler va lui permettre de poser les bases de ce qui deviendra bientôt l’une des disciplines scientifiques les plus fascinantes.

Un long cheminement, raconté au travers des nombreuses affaires auxquelles les deux pionniers sont confrontés: une tueuse en série adepte du cyanure, mais aussi une intoxication au plomb-tétraéthyle dans l’industrie automobile ou un empoisonnement au radium dans une usine de montres… Si leur expertise participe à la résolution de crimes crapuleux, Norris et Gettler dénoncent également de véritables scandales sanitaires. Et leurs responsables – les entreprises, bien sûr, mais aussi le gouvernement, dont ce film rappelle l’ahurissante "guerre chimique de la prohibition" durant laquelle les autorités empoisonnèrent délibérément les alcools industriels fabriqués aux Etats-Unis pour dissuader les buveurs… Une passionnante histoire.

h Anne-Claire Préfol

Plus d'actualité