[DOC] Le casse du siècle

Un docu-fiction retrace l'un des plus célèbres braquages de l'histoire criminelle. Ceci n'est pas du cinéma.

1205497

Nous sommes le 8 août 1963, au nord-ouest de la capitale anglaise. Il est environ 3 heures matin lorsque le train postal Glasgow-Londres est pris d'assaut par une quinzaine d'individus qui, après avoir piraté la signalisation de la voie ferrée et coupé les lignes téléphoniques, s'emparent d'un magot équivalent à 65 millions d'euros. Le plan a été préparé minutieusement dans une ferme isolée que le chef, Bruce Reynolds, a acheté spécialement pour l'occasion. Certains étaient chargés de décrocher la locomotive et les wagons "inutiles", d'autres devaient neutraliser les postiers et, enfin, un petit groupe de braqueurs avait pour but d'attaquer la voiture contenant l'argent. Il n'aura fallu que quelques minutes pour que l'affaire soit pliée. "A l'anglaise", comme on dit, c'est-à-dire sans que le moindre coup de feu ne soit tiré…

La suite? Gordon Goody, qui est aujourd'hui l'unique survivant du gang, avait promis de la raconter cinquante ans après les faits. Agé de 84 ans, il a choisi Chris Long (producteur de la série The Mentalist) pour se confier et révéler les derniers mystères qui planent autour de ce "casse du siècle". On sait que Scotland Yard a mis la main sur la plupart des auteurs. On sait surtout qu'une bonne partie du butin n'a jamais été retrouvée, tandis que le dénommé Ronnie Biggs – également connu sous le pseudonyme "l'homme de l'Ulster" – a joué les informateurs avant de narguer les autorités britanniques durant toute sa vie. Mais il y a aussi des choses qui n'appartiennent qu'au monde des suppositions. Même si le braquage a inspiré le cinéma (notamment le scénario du film Le cerveau de Gérard Oury) ou la bande dessinée (Le train fantôme de Paape et Charlier), voici probablement l'ultime occasion de dérober quelques vérités à l'histoire…

Sur le même sujet
Plus d'actualité