[DOC] La gloire des putains

Un long silence. Une jeune fille dignement assise sur un lit, les jambes en travers de la couverture. Regard lourd de maquillage et de tristesse. Elle embraie, lèvres écarlates, voix nouée.

988458

"Nous les femmes, nous sommes des créatures malheureuses." Elle, prostituée à Dacca, s'offre aux hommes dans la Cité de la joie, un bordel à ciel ouvert aux proportions océaniques. La passe coûte entre 2 et 4 €. "Y a-t-il un autre chemin pour nous?", demande la fille, face à la caméra de Michael Glawogger. Durant quatre ans, le réalisateur (auteur de l'époustouflant Workingman's Death) a sondé, avec une délicatesse troublante, l'âme des putains de la zone de tolérance de Reynosa à Mexico, des "filles" de l'Aquarium à Bangkok et donc, de la Cité de la joie de Dacca. Immergés dans une nuit aux couleurs vives, nous entrevoyons ce que ces femmes ont de grandiose, résistant avec force, et humour parfois, à l'usure de leur corps.

Sur le même sujet
Plus d'actualité