[DOC] Grande distribution: promos, prix cassés, qui paie l’addition?

Sur le front de la grande distribution, la guerre des prix fait rage. L'hypermarché serait-il une arme de destruction massive? Enquête au cœur des tranchées.

1057496

En juin 1963, Françoise Sagan inaugurait en grande pompe le premier hypermarché de France, le Carrefour de Sainte-Geneviève-des-Bois, un concept révolutionnaire, symbole de progrès. Cinquante ans plus tard, bonjour tristesse? Interpellé par le scandale de la viande de cheval et la destruction d'emplois dans l'industrie agroalimentaire, Rémi Delescluse s'est penché sur les conséquences de la guerre des prix que se livrent les sept grands groupes d'hypermarchés qui gèrent à eux seuls environ 80 % des achats de nourriture en France. Pressions constantes sur les fournisseurs, réductions d'emplois, baisse des investissements, mépris des acquis sociaux et de l'environnement, déclin de la qualité des produits, les victimes collatérales de cette guerre sans merci sont incalculables. Les méthodes d'achat des hypermarchés pourraient avoir des conséquences directes surla survie du tissu agroalimentaire français et sur la santé des consommateurs. Ainsi, pour gagner le droit de figurer dans les rayons, certains fournisseurs doivent reverser jusqu'à 25 % de leur chiffre d'affaire aux enseignes et bon nombre d'entre elles n'hésitent pas à s'approvisionner à prix cassés à l'étranger, notamment en Pologne, avec les risques sanitaires que cela implique. Que pouvons-nous faire afin d'éviter que cette bataille rangée ne débouche sur un vaste champ de ruines? Commencer par nous organiser en groupements d'achats pour traiter directement avec les producteurs? C'est peut-être le prix à payer pour nous affranchir de la mainmise de ces quelques multinationales sur notre vie quotidienne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité