[DOC] Baby Boom – Saison 4

Les équipes de Baby Boom posent pour la première fois leurs caméras à Marseille, bonne mère!

1201783

La grisaille parisienne, ça va bien trois saisons. Histoire de renouveler ses épisodes, ce docu-réalité lancé par TF1 en 2011 a décidé de quitter l’Ile-de-France (il était temps!) pour s’intéresser de près à l’hôpital Saint-Joseph de Marseille, dont la maternité est la plus importante de la région. Changement de lieu, mais pas changement de concept pour l’émission qui entend toujours ausculter au plus près le miracle de la naissance. Pour ne rien rater de ces événements, filmés 24 heures sur 24, 70 caméras ont été mises en place cette fois-ci, contre 50 objectifs précédemment. De quoi nous faire pénétrer l’intimé des différents couples au cœur du documentaire. "L’amour est vraiment au cœur de cette saison, explique Angélique Sansonnetti, en charge des programmes chez Shine France qui produit Baby Boom. Nous avons eu la chance de suivre des accouchements extrêmement émouvants et pourtant d’une simplicité absolue. Parmi les sujets abordés: comment gérer une nouvelle paternité quand on a été soi-même adopté, comment supporter de savoir son bébé en danger, le baby blues…"

 

Si les mamans sont toujours mises à l’honneur, les pères sont bien plus présents cette année, comme en atteste ce zoom appuyé sur la rencontre entre Thomas et François. Deux papas qui partagent une passion pour le foot (l’un des clichés marseillais), amenés à fréquenter la même salle d’attente, un soir de match de Coupe du monde. "La maternité Saint-Joseph est un pôle parents-enfants, contrairement aux maternités de Poissy et de Montreuil qui sont des pôles mères-enfants, poursuit la productrice. Les papas sont donc impliqués au maximum dans le processus de la grossesse et de l’accouchement." Aura-t-on droit à un autre endroit pour une éventuelle année supplémentaire? Et pourquoi pas un Baby Boom chez les chtis?

 

Sébastien Barké

Texte de remplacement pour le texte en bas à droite, mardi 14, Sélections. Merci!

 

800 signes

téléfilm un homme au pair France 3 20h45 HH

 

Madame est servie

 

Faute d’argent, un quinquagénaire se voit contraint d’accepter un poste d’homme à tout faire au domicile d’une executive woman rigide et divorcée. Ça vous rappelle quelque chose? Plus subtil que la série phare des années 80 dont il exhume le souvenir, le téléfilm de Laurent Dussaux suit l’évolution d’un ex-ingénieur au chômage, obligé de revoir ses ambitions à la baisse pour apprendre le maniement du chiffon. Pour autant, point de social dans cet Homme au pair: c’est d’une comédie romantique qu’il s’agit, pas franchement originale mais joliment portée par le duo Antoine Duléry-Gwendoline Hamon. Tout comme Tony Danza et Judith Light en leur temps – en nettement plus charmants, toutefois -, l’homme au pair et sa patronne se chamaillent, s’exaspèrent, tergiversent… avant de tomber dans les bras l’un de l’autre. Un divertissement sans prétention. – A.-C.P. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité