[DOC] Armes chimiques sous la mer

Dans la Baltique, en Méditerranée et même au large des États-Unis, des milliers de vieilles bombes chimiques traînent au fond de la mer. Avec des risques conséquents pour la santé et l'écosystème.

1040676

La Première Guerre mondiale a été celle de tous les coups bas. Dont l'utilisation croissante d'armes chimiques, un des plus tordus. Le gaz moutarde laissa de tristes souvenirs à des milliers de soldats, la mort par œdème pulmonaire pouvant les faucher jusqu'à deux semaines après avoir été frappés dans la poisse des tranchées.

Durant l'entre-deux-guerres, sa fabrication augmenta dans des proportions énormes. En Italie, Mussolini lança une production de gaz à toute berzingue. Des actualités américaines montrent à quel point les États-Unis boursouflèrent fièrement leurs obus de substances chimiques diverses. Durant la Seconde Guerre mondiale, chacun des camps n'hésitait pas à en manier. A la conférence de Potsdam, à la fin du conflit, on décida de détruire près de 270.000 tonnes de bombes chimiques, simplement en les immergeant dans la mer, méthode peu coûteuse et facilement exécutable.

Armes chimiques sous la mer démarre son enquête surprenante en Italie, à Bari. Là-bas, la Luftwaffe avait bombardé un bateau américain qui contenait, clandestinement, son lot d'obus bourrés de gaz moutarde. Personne ne révéla l'affaire. Mais des années plus tard, des marins de Bari revenus de leur pêche succombèrent mystérieusement. Depuis, d'étranges problèmes de peau surgissent, de temps à autre, chez les marins du coin. Dans la Baltique, haut terrain de lutte entre l'Allemagne et la Russie, la situation est bien pire. Sans parler des côtes américaines. Une formidable investigation, qui prend son temps (90 minutes), explique, décortique et ne laisse rien au hasard.

Sur le même sujet
Plus d'actualité