[DOC] Afrique(s), une autre histoire du 20e siècle

Ils attendaient depuis un mois, entassés dans le chaos du port de Kinshasa. Enfin, Prosper, l'armateur du Gbemani, rafiot immense et bringuebalant, a accepté de payer le bakchich pour pouvoir remplir son bateau de carburant.

1160461

Sous l'œil d'une équipe des Routes de l'impossible, le  monstre de ferraille amorce sa traversée du fleuve Congo, direction Kisangani, 1.800 kilomètres plus haut. Le trajet pourra prendre un mois, voire plus. Et la navigation sur le fleuve est périlleuse, parfois fatale. Entassés comme des rats en cage, près de 2.000 passagers transforment le Gbemani en bidonville flottant. Des enfants naîtront au cours du trajet. Les passagers clandestins se tapiront pour ne pas payer le ticket de 50 $, un bon mois de salaire. Une folle aventure humaine, où la solidarité et le lien social permettent aux passagers de survivre dans des conditions sanitaires épouvantables, preuve d'une résilience et d'une patience hors du commun. – Q.N.

Sur le même sujet
Plus d'actualité