Devoir d’enquête: manipulations, prostitution, extorsions.

L'Eglise. La rue d'Aerschot. Facebook. Trois carrefours bien différents. Mais avec, parfois, un point commun: une inexorable descente aux enfers.

1273467

Elle s'installe subrepticement. S'enracine, sournoisement. Elle fait de ses victimes de véritables marionnettes. Elle, c'est l'influence terrifiante de certains individus qui s'engouffrent dans les failles de leurs nouveaux jouets, afin d'en tirer profit. La manipulation est un procédé vieux comme le monde. Mais il se répand tant et plus avec les réseaux sociaux. Les arnaques sont légion et les abusés, malgré les mises en garde, se pressent au portillon. Sylvie Chevalier et Sophie Gillet ont pu le constater en enquêtant sur l'escroquerie montée par un Liégeois de 40 ans. Sous un profil féminin, il prenait contact avec ses proies pour leur fournir un job d'hôtesses. Mais de fil en aiguille, il les enserrait dans sa toile et les livrait au milieu de la prostitution. Triste destin pour femmes crédules? Pas vraiment, puisque la méfiance de plusieurs victimes a volé en éclats face aux arguments bien ficelés du prédateur.

Les prédateurs ne manquent pas dans les environs de Bruxelles Nord. Ce quartier chaud peu recommandé est même devenu dangereux pour celles qui en sont les attractions principales. Les prostituées actives en ce lieu dénoncent un climat de plus en plus délétère. Cette seconde enquête montre comment l'étau se resserre toujours plus sur les travailleuses du sexe.

Le troisième cas de manipulation concerne l'Eglise du père Samuel. Depuis de longues années, le prédicateur est dans le collimateur de la justice: escroqueries, détournements et blanchiment d’argent, violation du secret professionnel, exercice illégal de la médecine, attentats à la pudeur, viols… Un personnage sulfureux qui, en orateur rusé, parvient à passer entre les mailles du filet. Et qui peut toujours compter sur une foule de fidèles prêts à lui dire amen!

Sur le même sujet
Plus d'actualité