Dans les yeux d’Olivier

Elles travaillent aux urgences, en boîte de nuit, dans la sécurité, au volant d’un 38 tonnes… Les cinq femmes qu’Olivier Delacroix a rencontrées pour ce nouvel épisode de sa série empathico-documentaire ont fait le choix de travailler quand la plupart de leurs congénères dorment.

891493

Le temps d’une nuit passée en leur compagnie, le journaliste a tenté de sonder leurs motivations: le sentiment de liberté, la singularité d’une vie nocturne, la solidarité de ceux qui partagent le même rythme atypique…

Un fonctionnement pas banal qui n’est pas sans conséquences, lorsque la fatigue s’accumule au creux des rides et que le décalage nourrit une certaine solitude. Hélas, si le monde des travailleurs de nuit nous semble bien souvent aussi étrange qu’étranger, il ne ressort rien que d’assez banal de ces témoignages. Olivier Delacroix lui-même paraît en manque d’inspiration dans son commentaire – jusqu’à la conclusion, un peu légère. Dommage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité