Dans les puces de Saint-Ouen

Au XIXe siècle, les chiffonniers prirent l’habitude de revendre, en marge du vieux Paris, les tissus et objets glanés dans les rues de la capitale. 

647076

Depuis, leur petit commerce a bien changé: les Puces de Saint-Ouen sont aujourd’hui le plus grand marché du monde et attirent quelque 11 millions de visiteurs par an. Presque deux fois plus que la tour Eiffel! Succès oblige, elles n’accueillent désormais plus que des pros.

L’atmosphère un peu bohème des Puces a-t-elle pour autant changé? Baya Bellanger est partie à la rencontre des as du recyclage, dans ce "village" de 7 hectares tout de même, où tout le monde se connaît. Il y a les héritiers des biffins d’antan qui, comme Mauricette, perpétuent modestement l’histoire des Puces.

Mais aussi d’éminents antiquaires qui, à force d’huile de coude, sont arrivés à la tête de très chic boutiques destinées à de riches clients. De belles histoires, tissées parfois sur plusieurs générations, qui donnent au marché de Saint-Ouen un drôle de visage multiforme… et toujours aussi coloré.

Plus d'actualité