Concours Eurovision de la chanson: Finale

À l'occasion des 60 ans de l'Eurovision, l'Australie se tape l'incruste parmi les compétiteurs.

1365567

Certains croient toujours à une blague. Pourtant, c’est acté depuis des semaines: l’Australie va bel et bien concourir pour la première fois à l’Eurovision, à l’occasion de cette soixantième édition organisée à Vienne. De quoi réjouir les téléspectateurs de ce continent méridional qui suivent le concours depuis déjà trois décennies, et susciter la curiosité des aficionados européens. Non content de figurer parmi les 27 finalistes, le pays des kangourous – où le show sera retransmis en direct malgré les huit heures de décalage – va lui-même voter et accorder les fameux "12 points". L’événement est de taille et pourrait bien bouleverser la donne. On n’est pas à l’abri en effet, ce soir, d’un vote coup de cœur. D’autant plus que Tonight Again, le titre défendu par l’Australien Guy Sebastian, est un tube en puissance. S’il devait remporter le pompon, en revanche, la compétition ne se délocaliserait pas pour autant dans l’hémisphère sud en 2016.

 

Mais attention à ne pas vendre la peau de l’ours. Pour succéder à Conchita Wurst (la drag-queen à barbe autrichienne victorieuse l’an passé), cet invité vedette devra faire face à la redoutable concurrence imposée par le Suédois Måns Zelmerlöw et son irrésistible Heroes. Mais aussi à celle des autres favoris que sont l’Italie (Il Volo, Grande Amore), l’Estonie (Elina Born et Stig Rästa, Goodbye to Yesterday), la Russie (Polina Gagarina, A Million Voices), l’Azerbaïdjan (Elnur Hüseynov, Hour of the Wolf) et PKN, le groupe punk finlandais dont les membres sont atteints d’autisme ou porteurs de trisomie 21. À condition toutefois qu’ils se soient qualifiés lors des demi-finales, comme c’est peut-être le cas également de Loïc Nottet, notre représentant, dont la chanson Rhythm Inside est la plus audacieuse de cette cuvée 2015. On croise les doigts!

Sur le même sujet
Plus d'actualité