Concours Eurovision de la chanson 1re demi-finale

Roberto Bellarosa offrira-t-il une finale de l'Eurovision à la Belgique? Ça nous changerait un peu.

861873

On ne va pas se mentir: depuis l’instauration du système des demi-finales en 2004, le bilan des qualifications belges pour la grande kermesse finale est légèrement… disons médiocre.

Les bonnes mémoires se souviennent de Tom Dice qui, il y a trois ans, décrochait le précieux sésame et en profitait pour s’offrir une 6e place plus qu’honorable au tableau final. Les anciens combattants, eux, ont peut-être en tête la 22e place de Xandee (rassurez-vous: on a aussi oublié sa tête) en 2004.

A part ça, rien à signaler: chaque fois qu’on a regardé une demi-finale en se disant "Ce coup-ci, c’est la bonne", on a déchanté dès l’annonce des premiers points… et on a eu raison.

Bien sûr, le refrain est toujours le même: "Oui mais nous, au moins, on envoie des jeunes talents, tandis que les pays de l’Est, ils trichent en envoyant des machines de guerre façonnées pour le concours." Pas faux. Mais disons qu’il y a un moment où le bon peuple belge aura peut-être envie de vibrer un peu, au même titre que les audiences de la RTBF.

Ce n’est évidemment pas Maureen, qui remplace feu Jean-Pierre Hautier aux côtés de l’infatigable Jean-Louis Lahaye, qui changera quelque chose. On l’aime beaucoup, mais les espoirs reposent surtout sur Roberto Bellarosa, le jeune homme qui, depuis sa victoire à The Voice 1, se démène comme un diable (non: pas un Diable rouge, sinon on gagnerait d’office) pour essayer de vendre quelques disques.

Sa chanson Love Kills, que l’on entend depuis quelques semaines sur les ondes, peut-elle séduire les oreilles du jury? Réponse ce mardi soir. Et si ça ne marche toujours pas, l’année prochaine, on rappelle Sandra Kim.

Sur le même sujet
Plus d'actualité