Come On The Rolling Stones

Marc Ysaye rappelle qu'avant leur succès monstre, les Rolling Stones étaient des jeunes (presque) comme les autres.

858497

Le bilan est tout simplement hallucinant: 50 années de règne, 300 millions de rondelles écoulées, 24 albums studio, 9 sorties live, 32 compilations et une langue rouge dessinée par un designer nommé John Pasche qui, en 1971, facturait son idée à… 60 euros.

On a presque tendance à oublier une évidence: il fut un temps où les Rolling Stones n’étaient qu’une bande de gaillards insouciants, qui répétaient leurs compos chez la maman de Dick Taylor sous le nom de Little Boy Blue & The Blues Boys.

On ne sait plus que Brian Jones a fondé le groupe en passant une petite annonce dans un journal, avec comme seule certitude de donner le nom de Rolling Stones (d’après un titre de Muddy Waters) à son projet. Et bien sûr, on a beaucoup de mal à se rappeler que Mick Jagger et Keith Richards sont nés dans le même hôpital, la même année, avant d’apprendre à compter ensemble sur les bancs de l’école maternelle…

Marc Ysaye, lui, se souvient de beaucoup de choses. S’il n’avait que six ans lorsque les Stones ont donné leur premier concert à Londres en 1962, il en avait déjà sept quand ils ont sorti leur premier 45 tours: Come on, une reprise de Chuck Berry.

Pour raviver les mémoires, il s’est récemment rendu à Londres, avec l’objectif de fouler les lieux où l’histoire a commencé et de raconter dans Come On The Rolling Stones comment Mick, Keith, Ian et Dick ont allumé les premières étincelles en frottant leurs pierres les unes contre les autres. Un documentaire inédit et passionnant, qui sera suivi par la diffusion d’un concert tout aussi épatant: le "Live At The Max" capté lors de la tournée européenne du band en 1991. Premier show de l’histoire du rock à être filmé en format Imax 70 mm, ce défilé de tubes montre à lui seul comment les Stones ont basé leur cohésion sur l’énergie, les idées, l’insolence et le charisme. Mais disons que ça, on n’a pas encore vraiment eu l’occasion de l’oublier…

Sur le même sujet
Plus d'actualité