Cherif Saison 2

Il y a des dizaines de raisons d'aimer Cherif. La principale? Le sourire communicatif du flic le plus charismatique du PAF.

1255141

Une série policière forcément gavée de tragédies et cependant capable d'insuffler de la joie au téléspectateur le plus cafardeux, ce n'est pas la magie de Noël, c'est celle de Kader Cherif, alias Abdelhafid Metalsi. Cherif, c'est un flic de la Crim lyonnaise "qui entre par la fenêtre alors qu'il sait que la porte est ouverte", entendez par là qu'il est adepte de méthodes légèrement borderline et qu'il nourrit un penchant certain pour l'espièglerie, au grand dam de sa coéquipière, la rigoureuse Adeline Briard (Carole Bianic). Jusque-là, rien de bien neuf sous le soleil noir du polar.

Non, outre ses dialogues aux petits oignons et son humour ravageur, Cherif a pour principal fait d'armes d'être la toute première série à mettre en vedette un flic arabe. Il en aura fallu du temps, mais le timing est parfait pour faire la nique à la "zemmourisation" galopante de tout un pan du peuple français, pourfendeur du multiculturalisme. "Je suis juste au diapason de la société. On est la France, tous autant qu'on est", résume fièrement Abdelhafid Metalsi. Il lui en aura fallu du temps également pour décrocher un rôle à sa mesure, malgré une solide formation aux Ateliers de l'Ecole du Théâtre National de Chaillot et quelques apparitions dans des films signés Roschdy Zem, Xavier Beauvois, Roberto Benigni et… Steven Spielberg!

Mais ça y est. Grâce à ce personnage de flic charmeur, un peu enfantin, capable de calquer son comportement sur celui de Kojak, Brett Sinclair ou Magnum pour faire craquer les suspects, il a enfin l'opportunité d'abandonner sa casquette d'"Arabe de service" pour laisser exploser son talent… Aussi immense que son sourire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité