Ce soir sur La Une: Nathalie Maleux dans La Chaîne

Pour le dernier numéro de La Chaîne, Nathalie Maleux, rayonnante, déambule dans la Cité ardente.

59883

Des raisons budgétaires ont poussé La Chaîne – le divertissement 100 % RTBF animé par Jean-Louis Lahaye – aux oubliettes. L’info ne date pas d’hier. Tout comme cette dernière émission, d’ailleurs. Elle a été tournée… le 21 septembre 2010! On ignorait alors qu’elle clôturerait cette troisième saison. Ceci dit, les concepteurs avaient déjà décidé de jouer la carte maison. Un joli coup de bol. Car c’est Nathalie Maleux, personnalité appréciée des téléspectateurs du service public, qui termine l’aventure en beauté. Celle qui, depuis mars dernier, s’invite dans les foyers francophones sur le coup de 13h parcourt ici les rues de Liège, sa ville natale, à la recherche des quatre fameux maillons anonymes.

L’intérêt de l’émission, au-delà de l’enjeu proprement dit (faire gagner de l’argent à une association et un voyage aux « maillons »), réside dans sa formidable faculté de révélateur de personnalités. Sous le coup du stress, le candidat – people en l’occurrence – se montre tel qu’il est, en se distançant plus ou moins de l’image médiatique et forcément formatée qu’il véhicule habituellement.

Il n’y a légitimement pas de raison pour que Nathalie Maleux fasse exception à cette règle. Pourtant, on est positivement étonné de la découvrir, dans ce contexte, assez conforme à l’impression qu’elle dégage à l’écran: rigoureuse, souriante et naturelle. Extrêmement perfectionniste aussi, quand on constate qu’elle a « préparé » sa performance en emportant avec elle documentation, brochures et plan de la ville. Une première dans l’émission! Malicieuse, elle n’hésite pas non plus à se montrer un brin autoritaire avec les policiers à moto chargés de l’escorter à travers la ville ou à rappeler les règles du jeu à Jean-Louis Lahaye himself. Bref, elle démontre un côté (d)étonnant et attachant, aux accents naturels. En Outre-Meuse, où l’authenticité n’est pas un vain mot, on dirait probablement de façon plus simple « c’t’eune binamée ».

4 septembre: La Une 20h10 – La Chaîne

Sur le même sujet
Plus d'actualité