Brochet comme le poisson

"Les noms de famille m’intriguent depuis longtemps. Sans doute parce que je n’aime pas porter le mien, que je ne trouve pas joli", explique la comédienne qui n'a pourtant jamais songé à changer de patronyme et qui signe ici, comme un exutoire, un documentaire aussi fantaisiste que captivant.

886195

Au départ, celle qui fit ses premiers pas avec Claude Chabrol est partie à la recherche de personnes portant des noms singuliers, des madame Connard, Cocu, Boudin ou Baez. Mais face aux réticences – bien compréhensibles -, Anne Brochet a choisi de réaliser son autoportrait et de donner la parole à d’autres qui portent comme elle des noms d’animaux: des monsieur Lelièvre, Leveaux, Pigeon, Barr ou Poulet.

Un casting qui l’a amenée à éviter le nombrilisme et l’a conduite sur une voie décalée comme cette savoureuse rencontre avec deux pêcheurs de… brochets. Surréaliste et poétique!

Sur le même sujet
Plus d'actualité