Blacklist, SAISON 2

Quelques réponses, mais toujours plus de questions dans ces surprenants inédits de Blacklist.

1353055

On l’aura vite compris au cours de la saison 1: si Blacklist séduit autant, c’est avant tout grâce aux différents mystères qui entourent ses deux figures principales. À commencer par l’énigmatique Raymond Reddington, incarné par un James Spader au meilleur de sa forme. On s’en souvient, au démarrage de la série policière, cet ex-voyou avait choisi de se rendre aux autorités à la seule condition de pouvoir travailler avec l’agent Elizabeth Keen (Megan Boone). À ses côtés, il entend ainsi stopper les agissements de malfrats figurants sur cette "liste noire" qu’évoque le titre. Pourquoi une telle exigence? Si la réponse est aujourd’hui encore floue, le fil conducteur qui relie les chapitres entre eux laissait entrevoir que "Red", comme on le surnomme, pourrait être le papounet de sa jeune collègue. Dès lors, on se dit légitimement que cette interrogation va venir rythmer cette deuxième salve. C’était compter sans les nombreux rebondissements qui secoueront le téléspectateur. Et c’est bien là l’une des grandes forces de cette production diffusée aux États-Unis depuis la rentrée 2013: plus le temps passe et plus Blacklist se révèle aussi imprévisible que ses protagonistes. On aurait tort d’ailleurs de ne se focaliser que sur le héros. Si une partie de son passé sera dévoilée dès les premiers instants de ce second round, c’est surtout le personnage d’Elizabeth Keen (précédemment manipulée par celui qu’elle croyait être son gentil mari) qui va fasciner dans ces inédits. Quitte à piquer la vedette à son aîné. Parmi les autres moments forts, la présence de Mary-Louise Parker (l’inoubliable héroïne de Weeds) pour quatre épisodes, ainsi que le retour de "Berlin" (Peter Stormare, Prison Break), l’un des ennemis jurés de Red. Enfin, bonne nouvelle, Blacklist connaîtra une troisième année!

Sur le même sujet
Plus d'actualité