Bébés volés, l’incroyable scandale (La Une 21h50)

Du franquisme à la fin des années 80, 300.000 petits Espagnols ont été volés à leur famille pour alimenter un scandaleux trafic.

137058

Aucun os, juste de la gaze médicale. C'est ce qu'Arturo Reyes a récemment découvert en voulant remettre en état la tombe de son fils Jésus, prétendument mort en 1987. Alors, Arturo s’est souvenu. À l'époque, les médecins ne lui avaient pas laissé voir le corps. "Aujourd’hui, mon fils a 24 ans ou devrait avoir 24 ans, je ne sais plus très bien quoi dire." Ce père veut connaître la vérité. Bien vite, Bébés volés, l’incroyable scandale nous montre qu’Arturo n’est qu’un cas parmi des milliers en Espagne. Depuis les débuts du franquisme, 300.000 enfants auraient été volés, souvent déclarés comme morts à leurs parents, puis revendus ailleurs.

Pourquoi? Dès la dictature de Franco, une politique d’épuration se met en place. Des enfants sont saisis à des familles favorables à l’ennemi républicain. Après, à la charnière du franquisme et du retour à la démocratie, c’est dans les Casa Cuna (maisons d’enfants) que ces sordides tractations se déroulent. Les bonnes sœurs annonçaient aux mères célibataires, écrasées sous le joug de la morale catholique et venues y accoucher que leurs bébés n’avaient pas tenu le coup. En vérité, ils étaient revendus, pour des sommes folles données sous forme de dons à l’Église, à d’autres familles. Courageusement, sans morbidité, Bébés volés accumule preuves et témoignages sur un scandale qui n’a pas fini de choquer.

Voir les autres diffusions de ce programme

10 novembre – Bébés volés, l'incroyable scandale (La Une 21h50)

Sur le même sujet
Plus d'actualité