Alias Caracalla, au cœur de la résistance

En 2009, la parution d’un remarquable journal de près de 1.000 pages, signé de l’ancien secrétaire de Jean Moulin, fit grand bruit.

1356811

Avec Alias Caracalla, Daniel Cordier livrait en effet un témoignage unique et exceptionnel sur la Résistance française de 1940 à 1943. Historiquement précieux et fabuleusement romanesque, son ouvrage figurait un défi aussi ardu qu’exaltant pour un scénariste. Georges-Marc Benamou le relève avec brio, qui cosigne une vibrante adaptation en deux parties de ce récit d’apprentissage d’un jeune maurassien éveillé aux idées humanistes. Sous le regard sensible du réalisateur Alain Tasma, le jeune Jules Sadoughi et Eric Caravaca – dont l’interprétation impeccable allie puissance et justesse – illustrent parfaitement les errements d’une Résistance aussi démunie que désunie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité