Albert II, 20 ans de règne et avant?

De Léopold Ier à Albert II, une ambitieuse série documentaire relate la longue histoire de notre dynastie.

872095

Le 9 août prochain, cela fera pile-poil 20 ans qu'Albert II occupe le trône belge. Un événement dont on entendra parler sur toutes les chaînes et dans tous les transistors, à grands coups de reportages qui, à peu de chose près, nous raconteront tous la même histoire. Pour prendre les devants et sortir du lot, la RTBF dégaine dès ce vendredi un gros calibre: une série documentaire en 4 épisodes qui retrace le parcours de chacun de nos souverains. Non pas en copiant-collant les longs chapitres de nos cahiers d'école, mais en apportant un éclairage neuf via des images, des témoignages ou même des reconstitutions qui ont nécessité un véritable travail d'orfèvre.

On pense évidemment que l'histoire commence le 21 juillet 1831, lorsque Léopold Ier prête serment sur la Constitution et devient le premier roi des Belges. En réalité, elle débute bien avant cela, dès la naissance du duc de Saxe en 1790, à Cobourg, dans un minuscule duché allemand. Huitième enfant d'une famille princière, Léopold entame son ascension dès l'âge de 5 ans en devenant colonel (puis général) dans l'armée russe. Au fil des années, ce prince admiré de Napoléon va devenir l'un des hommes clés de l'Europe du XIXe siècle, acceptant son destin au moment de la déclaration d'indépendance d'une certaine… Belgique.

C'est en se rendant sur tous les lieux parcourus par Léopold Ier et en collectant des centaines de documents (gravures, tableaux, etc.) que l'équipe de production a décidé de nous plonger dans l'histoire mouvementée de notre royaume. La suite? Elle se trouve dans des portraits tout aussi fouillés et copieux, que de nombreux historiens et spécialistes de la monarchie illustrent de paroles inédites. La personnalité de chaque tête couronnée apparaît ainsi sous un jour étonnant, qu'elle soit scandaleuse ou admirable, dramatique ou romantique, édifiante ou révoltante. Quatre soirées sont au menu. C'est évidemment ce cher Albert II qui, à l'aube d'un anniversaire qui fait déjà pleuvoir une drache de suspicions (Abdiquera? Abdiquera pas?), clôturera cette épopée passionnante. Avec, bien sûr, un rétablissement de certaines vérités qui s'impose en ces temps de brume royale. Du très beau boulot, pour une série qui s'impose déjà comme la référence du genre alors que l'histoire – n'en déplaise à certains – est loin d'être terminée…

Sur le même sujet
Plus d'actualité