Diables Rouges : Hués pour avoir posé un genou à terre en protestation contre le racisme

Romelu Lukaku @BelgaImage
Romelu Lukaku @BelgaImage
Teaser

Avant de gagner, les Belges ont commencé par s’agenouiller. Ça n’a pas plu à tout le monde.

Mettre un genou à terre en signe de protestation contre les violences policières et plus généralement contre le racisme était devenu un geste si automatique que même des sportifs militants le trouvaient dépassé. Communiquer, c’est bien un temps. Ensuite, il faut rénover. D’accord. Mais samedi, quand Lukaku a baissé la nuque et relevé le poing, des sifflets ont monté. De son côté, l’équipe russe est restée debout, comme la Croatie lors de notre match de préparation. Pis, avant l’Euro, l’Angleterre a été huée par une partie de ses propres ­supporters.

Certes la reine, qui a beaucoup à se faire pardonner en la matière, vient de décorer Raheem Sterling, coéquipier de Kevin De Bruyne à City, du Mérite de l’Ordre de l’Empire britannique pour son combat contre le racisme. Mais des députés conservateurs ont attaqué ces footballeurs qui ­divisent le pays en ne représentant pas la part des fans qui aiment la “tradition” (toujours ce mot). Boris Johnson n’a que mollement répondu à la polémique. L’entraîneur national Gareth Southgate a en revanche écrit une longue tribune pour expliquer le sentiment d’appartenance de tous ses joueurs à une nation unique.

On se souviendra que le geste de s’agenouiller a été lancé en 2016 par Colin Kaepernick, surdoué du football américain au poste le plus mythique, celui de quarterback (le passeur stratège). Avant même d’être élu, Trump l’avait traité de “fils de pute”, souhaitant qu’il ne retrouve jamais de contrat. Cinq ans plus tard, son vœu est toujours exaucé. Comme quoi, là-bas comme ici, rien n’est gagné. Mais puisque c’est le foot qui doit faire la leçon au monde, on peut compter sur notre Romelu Lukaku au parcours si exemplaire.

Il va continuer à marquer, à communiquer en sept langues et à défendre avec une émouvante spontanéité le meilleur de l’être humain. En tête à tête avec une caméra pour dire son amour à son équipier de l’Inter Milan, Christian Eriksen frappé d’une crise cardiaque en plein match (son “Stay strong Christian” a déjà été repris sur un t-shirt). Ou le poing levé.

BelgaImage

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection