Vaccins: l’open source du conflit

Vaccins @Adobe et @BelgaImage
Vaccins @Adobe et @BelgaImage
Teaser

Lever les brevets vaccinaux afin que les pays pauvres puissent se protéger de  la pandémie? La question divise jusqu’au gouvernement belge.

Bien Commun

BelgaImage

Cadre limitant
L’Inde et l’Afrique du Sud ont déposé une demande pour accorder une dérogation temporaire afin que n’importe quel pays ou fabricant puisse produire les vaccins sans se soucier des brevets. Cela accélérerait leur mise sur le marché et sauverait des vies. La proposition est soutenue par des dizaines de pays, l’OMS, de nombreuses ONG ainsi que l’ancien président français François Hollande.

Loi sanitaire
Sur les plus de 835 millions de doses qui avaient été administrées dans le monde au 15 avril, 48 % l’avaient été dans les pays riches, contre seulement 0,1 % dans les 29 pays les plus pauvres. La levée des brevets ­pourrait mettre fin à cette inégalité vaccinale.

Action
“C’est une course contre la montre. Plus tôt on vaccine, moins le virus pourra produire des mutations contre ­lesquelles le vaccin ne serait pas protecteur”, défend  Jean Hermesse, l’ancien patron de la Mutualité ­chrétienne.

Équité
“L’industrie pharmaceutique a aujourd’hui une occasion unique pour montrer que le profit n’est pas son seul et ­unique but. C’est une question de volonté politique d’outrepasser la peur d’un précédent à la loi du marché”, plaide Jean Hermesse. Une pétition pour la levée des brevets a déjà recueilli en Belgique 25.000 signatures.

Propriété Privée

Pfizer vaccin @Adobe

Cadre suffisant
Le système de propriété intellectuelle de l’Organisation mondiale du commerce créerait pour ses défenseurs un cadre suffisant pour augmenter la production. Sanofi et Novartis collaborent avec Pfizer. Le Serum Institute of India produit le vaccin d’AstraZeneca. Plus de 200 accords de production auraient déjà été conclus entre laboratoires.

Loi du marché
Les pays riches craignent que les laboratoires soient découragés par la perspective de retours sur investissements bridés. Ils protègent leur industrie pharmaceu­tique car plus la production de vaccins est importante, plus leurs prix risquent de chuter, ainsi que les profits de Big Pharma.

Protection
Georges-Louis Bouchez, le président du MR, estime que cette polémique est utilisée pour faire passer “de vieilles revendications d’extrême gauche”. “Il va falloir développer des vaccins de seconde et troisième génération pour nous protéger des variants. Si on lève les brevets, quelle entreprise pharmaceutique va encore vouloir le faire?”

Rentabilité
L’industrie pharma représente en Belgique 40.000 emplois. Sur le plan mondial, elle a réalisé en 2019 1.000 milliards de chiffre d’affaires. Sauf qu’avec la crise du Covid, elle a bénéficié d’investissements publics pour mettre au point ces vaccins.

Plus de Actu

Notre Selection