Carte des voyages mise à jour: le rouge se fait rare

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

S’ils restent déconseillés, les voyages sont désormais possibles. Voici tout ce que vous devez savoir, carte à l’appui. (Mise à jour: 10 juin)

Depuis avril 2021, les Belges peuvent à nouveau quitter la Belgique, même pour des raisons non-essentielles. Certes, le SPF Affaires étrangères ne l’encourage pas, mais si cela devait arriver, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour savoir comment faire. Car oui, il est possible de partir, mais cela relève parfois du casse-tête. Il faut à la fois prendre en compte les restrictions sanitaires du pays de destination à l’aller et se plier aux mesures belges lors du retour. Bref, il vaut mieux bien se renseigner avant de franchir la frontière! À partir de 1er juillet, cette situation sera simplifiée par la mise en application du pass sanitaire européen mais en attendant, pour simplifier les choses, voici deux cartes reprenant toutes les mesures mises en place en date du 10 juin. La première concerne l’aller, la seconde le retour.

Les restrictions à l’aller

Dès que vous quittez la Belgique pour plus de 48 heures, vous devez obligatoirement remplir le formulaire de localisation du passager (PLF) du SPF Affaires étrangères. Une fois cela fait, le feu vert aux voyages est donné… du moins en principe. Car pour limiter les importations de cas de Covid-19, tous les pays ont mis en place des restrictions à l’entrée sur leurs territoires. Si vous ne voulez pas vous retrouver par mégarde dans un pays où vous devrez rester en quarantaine, il vaut donc mieux ne pas se tromper de destination! Pour que cela soit bien compréhensible, la carte ci-dessous utilise une nuance de gris pour expliquer les mesures auxquelles les Belges (non-vaccinés) sont soumis.

En blanc, aucune restriction n’est en place pour les voyageurs en provenance de Belgique. Seul le Luxembourg est dans ce cas (sauf en cas de voyage aérien, ce qui est très peu probable pour des Belges voyageant là-bas). Arrivent ensuite les pays en gris clair, où seul un test négatif au Covid-19 est demandé. Ils sont beaucoup plus nombreux, surtout en Europe du Sud et de l'Est. Plus embêtant: les pays en gris foncé, où il faut faire une quarantaine. Enfin, en noir, c’est simple, il est impossible d’y aller pour une raison non-essentielle, y compris pour le tourisme.

À noter que cette carte ne concerne que les séjours prolongés dans tel ou tel pays. Il y a toute une série d'exceptions qui varient énormément de pays en pays. Les enfants sont souvent exemptés de tests (à un âge variable). C'est parfois aussi le cas des ressortissants de tel ou tel État ou des résidents étrangers. Enfin, il est parfois possible de transiter par un pays sans rien devoir faire pour en rejoindre un autre, comme en Allemagne par exemple.

Précisons aussi qu’il y a quelques cas spéciaux. En Allemagne et en Espagne, les régions peuvent adapter les règles, même si les différences de mesures sanitaires entre elles sont désormais faibles. En Allemagne, des Länder peuvent avoir des règles spécifiques vis-à-vis de la quarantaine (imposée aux personnes qui n'ont pas de certificat de vaccination ou de rétablissement). En Espagne, la Galice exige de remplir un formulaire spécifique.

Enfin, toute une série de pays ont récemment adapté leurs mesures en prenant en compte les personnes vaccinées ou celles récemment rétablies du Covid-19. Elles sont désormais souvent exemptées d'obligations. C'est le cas par exemple en France dès le 9 juin (pour aller dans l'Hexagone, tous les détails sont disponibles via ce lien).

Dernière précision: le 1er juillet, le pass sanitaire européen devrait devenir obligatoire pour voyager dans toute l'Union européenne. Il sera remis aux personnes disposant soit d'un test négatif récent, d'un certificat de vaccination complète ou d'un test positif prouvant une guérison. Les modalités précises dépendront de chaque État européen d'ici cette date (test négatif de 24, 48 ou 72 heures avant l'arrivée? test positif de moins de six mois ou d'une autre durée?) mais quoi qu'il arrive, cela devrait simplifier grandement la carte ci-dessus. En attendant, il faut toujours faire face à ces grandes différences d'entrée entre tel ou tel pays, et ce durant tout le mois de juin.

Les restrictions au retour

Une fois le voyage terminé, encore faut-il revenir en Belgique. Ici, c’est plus simple (pour ainsi dire). La Belgique base ses exigences sur la carte du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Celle-ci est mise à jour tous les jeudis et est valable le lundi qui suit (sauf pour les pays qui passeraient en rouge, où il y a une tolérance jusqu’au mercredi).

Cette carte est divisée en quatre couleurs (vert, orange, rouge et rouge écarlate) mais la Belgique simplifie les choses. Jusqu'au 1er juillet, pour les voyageurs dans les zones rouge et rouge écarlate, c’est pareil: ils recevront une obligation de se faire tester et de se mettre en quarantaine au retour. Pour le vert et l’orange, c’est le PLF qui déterminera s’ils subiront le même traitement. Plus le comportement à l’étranger est jugé risqué d’un point de vue épidémiologique, plus la menace de quarantaine est présente.

Bref, jusqu'au 1er juillet, pour échapper à toute obligation sanitaire lors du retour, il vaut mieux partir dans une zone verte ou orange et ne pas faire de folie en boîte de nuit (dans l'hypothèse où elle serait ouverte). Récemment, des zones en orange se sont faites de plus en plus nombreuses. Près des deux tiers du continent ont désormais cette couleur, même si le rouge reste encore bien présent.

En-dehors de l'espace Schengen, le monde entier est en rouge (y compris Andorre et Monaco) sauf de rares États: Israël, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, la Thaïlande, la Corée du Sud et le Rwanda. Mais les quatre premiers refusent les voyages non-essentiels. La Thaïlande et la Corée exigent une quarantaine et le Rwanda ne demande qu’un test négatif.

Il reste à donner une précision de taille. Le 4 juin 2021, le comité de concertation belge a décidé de changer les règles pour les retours postérieurs au 1er juillet. Ceux qui reviendront d'une zone verte ou orange seront désormais protégés d'une quelconque obligation de test ou de quarantaine, qu'importe ce que dit le PLF. Pour les retours de zone rouge, c'est un peu plus complexe. La quarantaine sera encore appliquée mais les possibilités d'y échapper seront nombreuses et calquées sur le pass sanitaire européen: l'obtention d'un certificat de vaccination (délivré deux semaines après l'administration de la dernière dose de vaccin), un test PCR négatif de moins de 72 heures, ou un certificat de rétablissement. Les moins de 12 ans ne devront rien faire pour échapper à la quarantaine. Seuls les retours d'une zone rouge à très haut risque (c'est-à-dire où des variants préoccupants circulent fortement) entraineront une obligation systématique de se mettre en quarantaine pendant 10 jours (avec un test PCR le jour 1 et 7 du retour), quel que soit le statut de la personne, même pour les vaccinés.

On résume!

Pour récapituler, pour le mois de juin, il n’y a de base qu’une possibilité de partir en vacances à l’étranger sans aucune restriction sanitaire: le Luxembourg. Pour les personnes entièrement vaccinées et celles récemment guéries du Covid-19, les possibilités de voyager librement sont nettement plus larges et ce déjà ce mois-ci. Elles peuvent par exemple se rendre en Espagne, en Grèce...

Pour ceux qui ne seraient ni vaccinés, ni récemment rétablis du Covid-19, une bonne alternative est de partir dans une zone qui ne demande qu'un test négatif et qui est en orange ou vert pour éviter une quarantaine au retour. Il existe désormais de nombreuses régions dans ce cas de figure.

Il y a d'une part des pays entiers: le Portugal, Malte, Chypre, l'Autriche, la Roumanie, la Bulgarie et la Pologne (voire la Slovaquie si on fait une mini-quarantaine après un test à l'arrivée, dans l'espoir qu'il soit négatif). Dans certains États, une bonne partie du territoire est orange et/ou vert. C'est le cas en Italie (sauf la Calabre), en Croatie (sauf autour de Zagreb), en Grèce (sauf l'Attique, la Thessalie et la Macédoine-Occidentale) et en Espagne (où on peut aller en Galice, Asturies, Cantabrie, Navarre, Estrémadure, Communauté valencienne, Murcie, Baléares et Canaries). Enfin parfois, seule une partie réduite du pays est en orange, comme en France (possibilité de se rendre en Nouvelle-Aquitaine, Corse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Bretagne, Occitanie et Grand-Est). Ailleurs sur le continent, les restrictions sanitaires sont plus importantes. Hors de l'Europe, ceux qui rêvent d'une destination plus tropicale peuvent se rendre au Rwanda avec seulement un test à l'arrivée et une quarantaine de 24 heures (et a priori rien au retour).

Après le 1er juillet, il faudra obligatoirement se plier à une des conditions du pass sanitaire européen pour voyager dans le continent. Mais une fois cela fait, les portes de l'Europe seront grandes ouvertes.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection