Le Forem mène les chercheurs d’emploi vers le secteur de la santé

"Choisir le secteur de la santé, c’est sécuriser son parcours professionnel", explique le Forem.
"Choisir le secteur de la santé, c’est sécuriser son parcours professionnel", explique le Forem.
Teaser

En ces temps de crise, le Forem soutient l’orientation vers les professions d’infirmier ou d'aide-soignante, mais participe aussi au recrutement de personnel pour les centres de vaccination.

« Cela fait plusieurs années maintenant qu’infirmier et aide-soignante font partie des métiers en pénurie. Et c’est aujourd'hui avec la crise qu’on le ressent de plus en plus », explique Manon Diependael, porte-parole du Forem.

L’Office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi ne peut pas former les chercheurs d’emploi aux professions de la santé mais fait ce qu'il peut pour soutenir le secteur, et particulièrement ces derniers temps. En ce moment, plus de 4.000 offres sur le site du Forem concernent la santé, dont 400 rien que pour le métier d’infirmier.

Entre les étudiants de 6e secondaire qui n’ont pas encore fait un choix d’études supérieures et tous les travailleurs qui ont choisi de (ou malheureusement doivent) se réorienter professionnellement, cela fait un grand nombre de candidats potentiels pour les métiers de la santé. Mais ils ne conviennent pas à tout le monde. « Il vaut mieux savoir à l’avance si un métier est vraiment fait pour soi », explique la porte-parole. « Surtout dans le cas d’une réorientation. Recommencer des études pour 3 ans, ce n’est vraiment pas facile. »

Effectivement, il est préférable de savoir dans quoi on se lance.

C’est pour cela que le Forem propose une formation de deux mois de préparations aux études en soins infirmiers. De quoi avoir des bases sérieuses avant la rentrée (anatomie, déontologie, hygiène, terminologie, etc.) mais aussi mieux se rendre compte des réalités de la profession. « Il faut être certains d’adhérer à la philosophie de ces emplois, pour lesquels certains profils ne sont pas faits. » 

Elle se déroulera majoritairement à distance. Une séance d’information à ce sujet se tient d’ailleurs ce jeudi 8 avril. (Info : serviceclientele.namur@forem.be)

"Une petite entreprise"

Depuis récemment, le Forem aide également le monde de la santé en contribuant au recrutement de personnel pour les centres de vaccination. Un défi en soi car « tous les centres fonctionnent différemment et ont donc des besoins spécifiques », explique Manon Diependael. 

Certains cherchent des temps plein, d’autres fonctionnent avec des indépendants ou des bénévoles. Le Forem doit donc s’adapter à chaque centre individuellement. Il a, pour cela, créé une réserve de recrutement et recontacte les personnes selon les demandes. « On ne l’imagine peut-être pas, mais ouvrir un centre de vaccination, c’est comme créer une petite entreprise avec sa politique de recrutement, sa logistique, etc. »

Une tâche qui n’est pas encore terminée puisque tous les centres n’ont pas encore ouvert. « C’est beaucoup de travail pour nos conseillers. Les médecins, qui pourraient devenir bénévoles, ou les indépendants ne sont pas aussi faciles à joindre que les demandeurs d’emploi. »

Peut-être qu’une fois que tout le monde sera vacciné et que la crise sera derrière nous, les vocations pour le milieu de la santé seront plus nombreuses. « A l’heure actuelle, c’est encore trop tôt pour le dire », explique la porte-parole. « Notre nouvelle liste des métiers en pénurie devrait sortir en juin. On verra si les infirmiers sont toujours dessus. » 
 

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection