Tomorrowland 2022: nos bonnes raisons d’y aller

Le plus grand festival électro du monde revient en force à Boom, à partir de ce vendredi, avec trois week-ends de fêtes démesurées. On vous dit pourquoi il ne faut pas manquer ça.

TOMORROWLAND
© BelgaImage

À la maison, mais pas vraiment

S’il y a bien un festival en Belgique attendu par des milliers de clubbers du monde entier, c’est bien celui-là: Tomorrowland. Plus de 600.000 festivaliers, de plus de 200 nationalités, feront le déplacement ces trois prochains week-ends jusqu’au parc De Schorre, à Boom. Pour amener une partie de ce beau monde, 175 avions affrétés spécialement pour l’événement vont se croiser sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles. La réputation est telle que lorsqu’on évoque notre belgitude aux quatre coins du monde, on nous parle d’Eden Hazard ou de Tomorrowland. On se doit dès lors de faire honneur à cette autre fierté nationale, en y allant au moins une fois dans sa vie.

Décors grandioses

Les organisateurs mettent chaque année le paquet pour faire de Tomorrowland une véritable expérience. Des scènes aux décors grandioses et féériques à la monnaie officielle de l’événement – le pearl -, tout est mis en œuvre pour créer un univers unique. Ce qui lui vaut le surnom de Disneyland électro, pour le meilleur et pour le pire.

Sans EDM dans les oreilles

Tomorrowland n’est pas fait pour tout le monde, on en convient. À vrai dire, Les Ardentes ou Horst non plus. Chacun son public, chacun ses affinités. Le festival anversois, lui, a construit sa fanbase en partie grâce à l’EDM, souvent critiquée et moquée. Mais ce sont tous les amateurs de musique électronique qui peuvent y trouver leur compte, technophiles compris. 2ManyDJ’s, Joris Voorn, Stephan Bodzin, Kölsch, Mano Le Tough, Tale of Us, Maceo Plex, Mind Against – la liste est longue – seront notamment de la partie. Le tout est de rester loin de la scène principale. Vu que l’événement en compte quatorze – qui verront défiler 800 artistes -, ça ne devrait pas être trop difficile.

Charlotte de Witte au finish

Autre nom à rajouter à cette liste: notre Charlotte nationale. Pas Charles, l’autre. La reine de la techno belge, et même du monde si on en croit sa première place au top 100 de DJ Mag, sera la première femme à clôturer la Main Stage le samedi 30 juillet. Ça fait plaisir.

Du 15 au 17 juillet, du 22 au 24 juillet, du 29 au 31 juillet. À Boom, près d’Anvers. tomorrowland.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité