Les Ardentes 2022: un déménagement impressionnant et des Sexion d’Assaut bouillants pour ce premier jour

Pendaison de crémaillère réussie pour le festival liégeois, malgré quelques légers accrocs. Entre les concerts de SCH, Anderson .Paak, Ziak ou la Sexion d’Assaut, les festivaliers étaient très excités. On y était, on vous raconte le détail.

Sexion d'Assaut - Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux
Sexion d’Assaut – Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Oubliez tout ce que vous pensiez connaître des Ardentes : de la Main Stage historique, arborée et un peu limitée en termes de capacité, à la route encombrée des saveurs, aux problèmes de son indoor et la pause, frites à la main, face à la Meuse. Un côté bucolique qui ne pouvait pas résister au succès de la formule 100% hip-hop que le festival propose depuis quelques années. Avec 100.000 festivaliers en 2019, qui était une année record et complètement embouteillée, le festival double sa capacité pour accueillir 200.000 personnes en quatre jours.

L’augmentation du nombre de participants n’est pas la seule progression impressionnante : l’évènement s’est délocalisé à quelques kilomètres du site originel, sur les hauteurs de Rocourt. On ne va pas se mentir, on a été un peu décontenancés au premier abord. Imaginez un mastodonte sur une vaste plaine, où deux énormes scènes se côtoient, face à deux chapiteaux et un troisième espace de live plus réduit. La Main Stage s’appelle la Phoenix, sans doute une référence au changement de site et aux deux années d’annulation pour cause de pandémie. Au-delà de son nom clin d’œil, c’est surtout sa capacité d’accueil qui est impressionnante : jusqu’à 50.000 personnes peuvent se masser pour accueillir les plus gros noms de l’affiche.

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Quelques sueurs froides

Et qui dit déménagement dit forcément quelques coups dans les murs au passage du canapé… ou des festivaliers. Ils étaient très excités de pendre la crémaillère comme il se doit en ce premier jour des Ardentes 3.0. et ils l’ont largement montré face à SCH. Le rappeur marseillais jouait à 19h devant une marée humaine très agitée. On l’avait dit, le vocabulaire des concerts prend tout son sens aux Ardentes et ça a été prouvé d’emblée. Pogos gigantesques, mosh-pit énervés…

Face à la pression, une barrière a cédé. Sueurs froides pour les organisateurs et la sécurité, mais le drame a été évité. L’artiste a continué son concert, en invitant même le newcomer Fresh La Peufra à le rejoindre en fin de set. Une manière de mettre en avant le grand gagnant de La Nouvelle Ecole de Netflix, où le rappeur officiait en tant que jury. Et c’est peu de dire que l’ambiance était bouillante face à ce duo de dernière minute.

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Moyenne d’âge : 20 ans

On retiendra aussi le concert du génial Anderson .Paak, même si c’est loin d’avoir été le show le plus plébiscité. Et pour cause, le public des Ardentes est très jeune, limite prépubère. Sans vouloir jouer dans la cour des statisticiens, on mise sur du 20 ans de moyenne à tout casser. Ce qui explique sans doute que le nom de l’Américain au sourire XXL, repéré par Dr. Dre et né en 1986, n’évoque rien aux festivaliers qui ont vu le jour aux alentours des années 2000. Une foule clairsemée, donc, mais pas de quoi décontenancer monsieur .Paak qui a livré un show très énergique avec son live band, ses choristes, ses allers-retours à la batterie, son costume seventies et… sa perruque incroyable. Des good-vibes qui ont attiré les curieux petit à petit, jusqu’à quasi remplir la plaine.

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Les Ardentes ©Mathieu Golinvaux

Autre salle, autre ambiance, et cette fois survoltée du côté de Da Hood. Le rappeur Ziak, véritable phénomène masqué du 91, a retourné l’audience, manifestement ravie de découvrir sur scène la puissance de son flow sombre. Une drill efficace et percutante, qui ne laisse pas indemne. Un bon tour de chauffe avant d’accueillir la rappeuse Megan Thee Stallion. Enfin, de l’attendre surtout, puisqu’à l’américaine, elle a pris son temps avec d’investir la scène de The Big Eye. (On retiendra un WAP très sexy et la montée d’une petite dizaine de fans sur scène pour une séance de twerk improvisée)

Pour terminer par la prestation manifestement très attendue de Sexion d’Assaut. Autant le public était clairsemé face à Anderson .Paak, autant les festivaliers se sont rassemblés à l’avance pour se placer judicieusement face à Gims, Black M, Lefa et les autres, tous sapés comme jamais. Un concert porté par la voix de ténor de Gims et les tubes comme Désolé, Ma Direction ou Wati By Night. Une machine à remonter le tempo, loin dans les souvenirs des années 2000. Et c’est sur ces pas de breakdance que la soirée s’est clôturée pour notre part. Bravo pour le déménagement Les Ardentes, c’était un pari osé, on peut déjà dire qu’il est réussi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité