Fête de la Musique 2022 à Bruxelles: un dimanche éclectique pour se remettre de la chaleur

Retour sur le dimanche de ce week-end de Fête de la Musique à Bruxelles, entre l'esplanade de la cité administrative et le Cirque Royal.

Fête de la Musique 2022 à Bruxelles: un dimanche éclectique pour se remettre de la chaleur
Chouk Bwa. ((© Bernard Babette – Fête de la Musique FWB)

Après un samedi sous une chaleur torride bouclé par L’Or du Commun, qui a rempli l’esplanade de la cité administrative, le dimanche de la Fête de la Musique était d’un tout autre genre à Bruxelles.

Il était d’abord bien plus familial. Après plusieurs concerts pour enfants, c’est Doria D qui a lancé les festivités de l’après-midi devant une petite centaine de spectateurs, surtout des parents, enfants et adolescents, venus écouter les morceaux du premier EP de la jeune chanteuse, mais également pas mal d’inédits. Ce sont sans surprise ses deux tubes qui ont surtout plu à l’assemblée: Dépendance, aux millions d’écoutes sur les plateformes de streaming et sur Tik Tok, mais aussi sa reprise de Jeune & Con, de Damien Saez.

Un concert qui s’est achevé alors que les premières gouttes tombaient. En effet, la météo, bien plus aléatoire, entre soleil, nuages et pluie, que caniculaire semble avoir découragé beaucoup de Bruxellois au début de l’après-midi.

A 15h, le rappeur tournaisien Youssef Swatt’s a réattiré le public vers la scène avec son rap aux mélodies discrètes laissant toutes leurs places à ses textes, à l’instar d’un Disiz, dont il a chanté un morceau. Une reprise, chose rare dans l’univers du hip-hop, du morceau L.U.T.T.E., qui a été très bien accueillie et qui a permis de montrer que ses propres rimes n’ont rien à envier à celles d’artistes plus connus.

Plus tard, Fùgù Mango a donné vie au fameux cliché et a fait venir le soleil avec sa musique, devant une esplanade bien plus remplie, qui s’est enfin mise à danser grâce aux sonorités mélangeant pop indé et sonorités africaines. Le groupe, comme beaucoup des artistes de la journée, a profité de l’occasion pour proposer de tous nouveaux morceaux et autres reprises inédites.

Dommage que les concerts se donnaient quasi aux mêmes heures sur l’esplanade et au Cirque Royal, pourtant très proches. Bien que l’explication est probablement pratico-pratique, des horaires alternés, permettant de passer d’une salle à l’autre facilement, auraient été les bienvenus. L’après-midi oscillait donc entre concerts et heures d’attente.

Punk et rock juste à côté

Deux rues plus loin, au Cirque Royal, plusieurs groupes ont attiré du monde dans le tout nouvel espace, le Club, situé au sous-sol. Plus intimiste, il était plus facile à remplir, donnant une ambiance un peu plus chaleureuse aux concerts que l’esplanade, à certains moments assez clairsemée. Parmi les artistes de la journée, les punks de Tournai Ubik Kubik se sont donnés à fond sous la chaleur accablante des spots et ont fini aussi transpirants que s’ils avaient joué en plein soleil la veille.

Ubik Kubik (© Bernard Babette – Fête de la Musique FWB)

Mais ce sont surtout les deux derniers groupes du soir, Mountain Bike et BRNS, bien connus des fans de rock belge et des habitués des festivals, qui ont rameuté le plus de publics dans la célèbre salle bruxelloise.

BRNS. (© Bernard Babette – Fête de la Musique FWB)

Mélange des genres et des styles

De retour dehors alors que le soleil commençait sa descente derrière la colonne du Congrès celui qui a attiré le plus de monde est sans aucun doute James BKS. Après des années en coulisses comme musicien ou producteur, le fils de Manu Dibango présentait sur scène les morceaux de son futur album, qui sortira en juillet.

James BKS. (© Bernard Babette – Fête de la Musique FWB)

Accompagné par le chanteur et rappeur Gracy Hopkins, deux choristes et entouré des musiciens, il a fait danser tout le public sur ses sonorités aux confluents des genres musicaux, des origines et des langues, entre pop et hip-hop, Cameroun et France. Un show prometteur pour la suite de sa carrière sur le devant de la scène.

La soirée a été clôturé par un collectif à la musique métissée, puisque le groupe haïtien de musique vaudoue Chouk Bwa était accompagnée par leurs producteurs, les musiciens bruxellois The Ångströmers, qui ajoutaient avec finesse boucles et nappes électroniques aux chants et percussions de leurs collègues des Caraïbes. Une belle façon de clôturer ce week-end de Fête de la Musique, qui aura été célébrée de manière particulièrement éclectique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité