Gaël Faye, Suzane… la francophonie à l’honneur pour le 2e jour d’Esperanzah! 2022

Le Festival Esperanzah! fête sa vingtième édition, du 28 au 31 juillet. On est du côté de l’abbaye de Floreffe, on vous raconte.

Esperanzah! 2022 festival Floreffe Belgique Gaël Faye Suzane Hercule love affair
Gaël Faye ©Florent Marot/IPM

Après une première journée ayant lancé comme il se doit cette édition anniversaire, la tribu d’ "Espé" se réunit à nouveau vendredi après-midi, sous un soleil qui cette fois, y va franchement. On flâne, on chill, on sue les éventuels excès de la veille, mais pas n’importe comment. "La révolution sera une fête", dit une pancarte accrochée dans le Village des possibles.

Ça pourrait être le mantra du festival, qui comme chaque année, joint un nécessaire engagement à l’agréable. Pour l’occasion, une trentaine de collectifs ont posé leurs valises à Floreffe. Avec les festivaliers, ils viennent échanger sur leurs méthodes de lutte et leurs revendications. La Santé en Lutte vient rappeler l’importance de bonnes conditions de soin et de travail dans un secteur négligé ("Sauvons l’hôpital, pas le capital"), Tegengaze vient demander la non-construction de nouvelles centrales à gaz en Belgique, etc. Débats, films, pièce de théâtre… la campagne thématique de cette édition, "Occupons le terrain" se décline tout au long de l’après-midi. On s’interroge sur l’inclusion des personnes handicapées, sur les luttes locales contre l’accaparement des terres…

Dans les hauteurs de l’abbaye, la Silly (la bière locale) coule à flots. Les musiciens de Taraf de Caliu font la fête au Jardin. Ça valse sec, ça chaloupe. Après la générosité des musiques populaires de la tradition Rom, place à Hercules & Love Affair, collectif international et porte-drapeau de la communauté gay et queer new-yorkaise. Savoureux cocktail de house colorée, disco des origines avec une touche psychédélique parfaite à déguster sous le soleil couchant et la brise du soir.

Hercules & love affair  ©GeoffrayGodfurnon

Une francophonie ouverte et engagée

Plus bas, la scène du Futuro est prête à s’embraser pour Suzane. Et la jeune française ne déçoit pas son public, avec sa poésie brûlante et féministe. "Avec un ami, on s’est demandé ce que ça ferait si on changeait de sexe pendant 24h", introduit la chanteuse, avec d’entamer un featuring virtuel avec Grand Corps Malade, dont les images sont projetées à l’écran. Une belle énergie pour défendre son premier album Toï Toï.

Suzane ©Florent Marot/IPM

C’est maintenant l’heure de la grande migration. Tout Esperanzah! remonte ventre à terre (ou presque, tant la côte est raide, surtout après un certain nombre de pils) vers les sommets de l’abbaye. Faut bien se placer pour Gaël Faye. Hautement validé par les festivaliers pour figurer au line-up, le Franco-Rwandais est ici comme dans son Jardin, pour présenter son deuxième album, Lundi méchant. "La nuit va être une belle insomnie", prévient le rappeur et écrivain, auteur du très remarqué Petit pays.

Gaël Faye ©Florent Marot/IPM

Il demande de faire "boomer les boomer (les enceintes)". La foule ne se fait pas prier. Puis c’est Ma femme, une ode à l’amour qui fonctionne d’autant mieux sous le ciel étoilé de Floreffe. Avant de déjà nous quitter sous une ovation en bonne et due forme, Gaël Faye nous souhaite un bel été, "plein de jolies révoltes". Pour ça, pas de doute, on est au bon endroit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité