Les Solidarités à Namur: retour gagnant avec Benjamin Biolay, Clara Luciani et Grand Corps Malade…

Le Festival Les Solidarités, à Namur, changera de site en 2023. En attendant, ce fut la grande fête intergénérationnelle avec Clara Luciani, Benjamin Biolay et Aldebert.

Les Solidarités à Namur: retour gagnant avec Benjamin Biolay, Clara Luciani et Grand Corps Malade…
Benjamin Biolay aux Solidarités 2022. Photo Jean-Pol Sedran

Le festival Les Solidarités fêtait ce week-end son grand retour à la Citadelle de Namur après une édition 2020 annulée en raison de la crise sanitaire et une formule réduite l’an dernier (Les Nuits Solidaires). Ce vendredi, ils étaient plus de 18.000 spectateurs pour la soirée d’ouverture qui a vu triompher Grand Corps Malade et Hoshi. Ce samedi, le site que le festival quittera au moins les trois prochaines années pour cause de travaux, a fait le plein avec 21.000 personnes. Par contre, il reste encore des places pour la journée de clôture ce dimanche avec notamment Gaëtan Roussel, Cali et Bernard Lavilliers.

Bien que programmé en fin de saison dans un contexte économique et concurrentiel particulièrement difficile, Les Solidarités ont réussi à attirer pas moins de treize exclusivités en trois jours. Et ce samedi, ce sont ces exclusivités (notamment Aldebert et Benjamin Biolay) qui ont fait la différence même si Clara Luciani, vue et revue ces derniers mois chez nous, n’a pas volé son statut de tête d’affiche avec un show une nouvelle fois euphorique. Après le Cirque Royal, Forest National, les Francos, la reine Clara a encore pu mesurer l’amour que lui porte son public belge. Elle nous reviendra encore à la rentrée à Forest-National le 25 novembre. Quelle belle histoire.

Clara Luciani aux Solidarités. Photo: Jean-Pol Sedran

Grands frissons

Pour Benjamin Biolay, c’ était le début d’un autre marathon. Ce 1er septembre (La Madeleine, Bruxelles, complet) et ce 2 septembre (Cirque Royal, Bruxelles, complet), il donnera deux concerts dans le cadre de sa tournée Grand-Prix qui ont été plusieurs fois reportés. Et le 9 septembre, il sort son nouvel album " Saint-Clair ". On en reparle très vite. " Putain, vous ne savez pas à quel point je suis heureux d’être enfin parmi vous ", s’est-il exclamé en début de son concert. " Cela fait deux ans et demi que nous essayons de jouer dans votre pays et ça été impossible pour plein de raisons. "

Le public namurois a eu droit à une prestation unique. Pas un best of, pas une setlist pour défendre un excellent " Grand Prix " qui date déjà de juin 2021, pas encore une présentation dans le détail de " Saint-Clair ". C’est tout le mérite de cet artiste de s’adapter aux circonstances. Comme le concert improbable de Raphael aux Nuits Solidaires l’année dernière, cette heure passée avec B.B. nous a donné de grands frissons. Le genre de moment qu’on vit au présente de manière intense car on sait que c’est le genre d’artiste qui n’en proposera plus jamais un copier/coller.

Benjamin Biolay aux Solidarités. Photo Jean-Pol Sedran

Biolay plus rock

Une bassiste, un batteur, un clavier et deux guitaristes montrent que le Biolay de 2022 est franchement rock. Et qu’il va à l’essentiel. On l’entendra clairement sur les nouvelles chansons de " Saint-Clair ". Mais nous avons pu aussi nous en rendre compte ce samedi avec les arrangements de La Superbe, morceau d’ouverture qui nous a plongés directement dans son monde, avec l’énorme Palermo Hollywood désormais magnifié d’un enivrant instrumental en crescendo ou encore un Qu’est-ce que ça peut faire ? dans une version encore plus énervée que l’originale. Entre un Négatif ressuscité, un Parc Fermé exhumé de " Grand Prix " avec ses synthés new-wave, des riffs influencés par The Strokes, des lignes pompées chez Blur (Song 2) et Likke Li (dont il reprend le refrain du tube I Follow Rivers), Benjamin Biolay a aussi dévoilé l’impeccable et charnel Les Joues Roses, extrait de " Saint-Clair ", avant de conclure par son single Rends L’Amour. " S’il te plait rends l’amour. Et je me jette de la falaise. Et je m’en vais te cueillir des fraises. Si tu veux même je te baise… " Il l’a écrit, il l’a chanté et ce samedi à Namur, 21.000 personnes l’ont repris dans la nuit. Un instant magique. La grosse claque musicale de cette seconde journée.

La Fête des enfants

Les Solidarités 2022. Photo Florent Marot

Les Solidarités, c’est aussi la fête des enfants. Des concerts rien que pour eux, des manèges, une Grande Roue, des crèmes glacées, des initiations à des danses arabes, des échasses, des magiciens, des jeux, des gadgets offerts par les nombreuses associations présentes… Ils ne savent pas où donner de la tête et où tendre les oreilles. Ça court ans tous les sens, ça vit et c’est beau à voir. Ce samedi, les adultes ont reçu un énorme cadeau avec Benjamin Biolay. Les kids ont fait la fête avec Aldebert, autre exclusivité des Solidarités programmée judicieusement en début de journée. On a rarement vu autant de monde dans un festival à 11h30. Trop cool.

Flèche Love, Rori et Doria D

Mention spéciale aussi pour la programmation féminine dans l’après-midi. Il n’y a pas de militantisme ici, pas d’ obligation à respecter des quotas (horrible mot), juste l’envie de montrer de nouveaux talents. Et force est de constater que ces talents sont féminins. Compositrice et interprète suisso-algérienne, Amina Cadeli, alias Flèche Love a offert ainsi une proposition artistique audacieuse aux frontières du hip-hop, de la néo-soul et de la trance. Une voix forte, un univers à la fois mystique et mystérieux.

Rori aux Solidarités. Photo Florent Marot

Dans un Théâtre de Verdure rempli jusqu’à ses derniers recoins, Rori a justifié son statut naissant de hype. La jeune Belge a un single (Docteur) qui tourne en radio. Promis depuis le printemps, son premier EP ne sortira finalement qu’en 2023. Mais Rori en a proposé en primeur quelques extraits. Des titres en français, des sonorités moins mainstream et plus rock, de l’énergie et, déjà, une belle aisance scénique pour cette artiste particulièrement déterminée.

Voici un an, Doria D jouait aux Nuits Solidaires et recueillait déjà un beau succès. Ce samedi, la curiosité du public s’est transformée en validation. La jeune femme est déjà une valeur sûre de notre nouvelle scène. Elle aussi prend le temps de sortir son premier long format . Son album est attendu pour 2023. En attendant, elle garde son naturel et son sourire. Elle chante ses tubes générationnels (Dépendance, Hors Tempo, Sur Ma Tombe), gagne en confiance et en musicalité. Comme chez Rori, on sent des velléités rock plus affirmées chez Doria D. Et quand elle joue de la guitare électrique, ça le fait. Présent dans la setlist depuis ses débuts, Jeune et Con n’est plus une reprise de Saez. C’est un morceau que Doria D s’est complètement réapproprié pour en faire un hymne adressé à celles et ceux qui construisent déjà aujourd’hui le monde de demain. C’est ça aussi le message des Solidarités.

Les Solidarités 2022. Photo Florent Marot

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité