Coldplay au stade roi Baudouin : hits, bons sentiments et recyclage

Sans jamais se réinventer, Coldplay a offert du bonheur ce vendredi 5 août à ses fans belges pour le premier de ses quatre concerts complets au stade roi Baudouin.

Coldplay au stade roi Baudouin : hits, bons sentiments et recyclage
Coldplay au stade roi Baudouin ce 5 août. Photo Ennio Cameriere

Les chiffres sont les chiffres. Indiscutables. Avec 208.000 tickets (4 x 52.000) vendus pour ses quatre concerts complets au stade roi Baudouin, Coldplay est le groupe qui a réuni le plus de Belges cet été. Oubliez les Rolling Stones, oubliez Rammstein, oubliez Ed Sheeran, oubliez tout… C’est un record absolu.

L’hommage à Stromae

Et si la Belgique aime Coldplay, Coldplay aime aussi la Belgique. Ce vendredi 5 août, pour sa première représentation de sa Music Of The Sphères World Tour, Coldplay a rappelé à plusieurs reprises son attachement au plat pays qui est le nôtre. Et vous savez quoi ? On y croit. Nous ne sommes pas les seuls, du reste, à avoir perçu sincérité et profonde émotion dans les propos de Chris Martin lorsqu’il a dit se sentir ici " comme à la maison " . Le chanteur Chris Martin, 45 ans, fait partie de ces rares artistes qui, grâce à son charisme, donne l’impression d’interpeller personnellement chacun des spectateurs présents dans un stade. Véritable " mister nice guy " de la soft pop mondiale, il s’exprime à plusieurs reprises en français (" Vous êtes mes amis" ) et en néerlandais. En fin de set, c’est même dans la langue de Vondel qu’il va interpréter une partie de tube Magic extrait de l’album " Ghost Stories " paru en 2014. Il n’oubliera pas non plus son pote Stromae. Pendant que de jeunes spectatrices sautent devant nous sur le tapis cinétique d’un trampoline convertissant leurs mouvements en courant électrique, il joue ainsi seul au piano sur le podium central les notes de Formidable. Et de fait, c’est un moment formidable.

Coldplay au stade roi Baudouin. Photo Ennio Cameriere

Vieilles idées

Coldplay aime le recyclage. Il en est beaucoup question dans l’impressionnante charte environnementale que s’est imposé le groupe sur cette tournée. Tout ça fait rire certains mais c’est plus facile de critiquer que de ne rien faire du tout. Avant le concert, des vidéos rappellent les efforts consentis par le groupe et les dispositifs " green " mis en place (carburant à l’huile de soja, panneau solaires installes sur le toit du stade, un arbre planté par billet vendu, …). Mais Coldplay recycle aussi ses bonnes idées en matière de show, preuve que le groupe anglais a du mal à se réinventer. Cela fait ainsi trois tournées mondiales d’affilée que le groupe distribue à l’entrée des bracelets LED au public. C’est joli, toutes ces lumières multicolores qui clignotent dans la nuit bruxelloise, mais ce n’est pas nouveau. L’impressionnant dispositif scénique est aussi identique à la tournée A Head Full Of Dreams Tour qui était passée au stade roi Baudouin pour deux soirées en juin 2017. Soit une immense scène principale, un podium situé au milieu du public et un troisième plus excentré sur lequel le groupe va jouer en fin de set. Côté fringues, même garde-robe également.

Coldplay. Photo Ennio Cameriere

Des ballades et encore des ballades

Coldplay aime les ballades mid-tempo mélodiques. C’est sa signature, sa spécialité. Que de bons sentiments et du feel good. Le groupe ne sera même pas vexé si on qualifie sa musique d’inoffensive. Mais chacun de ses refrains possède ce brin de magie qui le rend mémorisable dès qu’on l’entend. Même de manière inconsciente. Si Coldplay essaye fort logiquement d’imposer son dernier album concept " Music Of The Spheres " dont les extraits forment la trame du show, tous les tubes sont au rendez-vous. Et il y en a un paquet impressionnant. On vous laisse imaginer l’émotion et la communion de ce public (multigénérationnel à l’instar de celui d’Indochine, mai en plus flamand) avec 52.000 bracelets qui s’allument au même moment et changent de couleur sur les énormes The Scientist (avec le refrain " Nobody says it was easy " repris à l’unisson), Viva La Vida, Hymn For The Weekend, Politik (sans doute leur chanson la plus rock jouée hier soir avec People Of The Pride et son envolée très Muse), In My Place enchaîné avec Yellow ou encore notre préférée Clocks.

Coldplay au stade roi Baudouin. Photo Ennio Cameriere

Dans les étoiles

Coldplay aime les étoiles et on a voit beaucoup durant ce show. Alors qu’une vraie demi-lune s’invite à la fête dans le ciel bruxellois, les planètes et les corps célestes, petits et grandes sortent de tous les écrans. Il y a des feux d’artifice, des confettis (biodégradables), des lasers et de beaux effets visuels en slow motion quand les musiciens se déplacent d’une scène à l’autre. Voici vingt-deux ans, Coldplay nous invitait déjà à regarder les étoiles (" Regarde les étoiles, regardent comme elles brillent pour toi ") sur son premier tube Yellow. Ce vendredi, avant les rappels, Coldplay a terminé son concert par l’époustouflant A Sky Full Of Stars (Un Ciel Plein D’Etoiles). Après un couplet, le groupe s’est arrêté de jouer et Chris Martin a pris le micro pour s’adresser à toutes ces femmes, tous ces hommes, tous ces fans de la première ou de la dernière heure. En anglais, en français et in nederlands, il a demandé de couper les smartphones pour mieux profiter du moment présent. " Une manière d’envoyer avec votre cœur et le nôtre toutes les ondes positives de Bruxelles dans le ciel ".

Dit comme ça, ça sonne un peu con. Mais quand 52.000 personnes répondent positivement à cette requête et communient en reprenant la chanson là où elle s’est arrêtée, c’est un instant unique. Le truc qu’on ne peut pas télécharger mais qui vous rappelle tout la magie d’un concert vivant.
Coldplay ces 6, 8 et 9 août au stade roi Baudouin (complet).

Sur le même sujet
Plus d'actualité