Metallica à Rock Werchter 2022 : une machine toujours bien huilée

Le groupe californien Metallica, en grande forme et en bonne santé, a sorti le grand jeu ce vendredi à Rock Werchter 2022.

Metallica à Rock Werchter 2022 : une machine toujours bien huilée
Metallica à Rock Werchter 2022. J.C. Guillaume

Malgré certaines rumeurs alarmistes venues de l’extérieur, Metallica était bel et bien présent dans son jardin de Rock Werchter ce vendredi 1er juillet. Aucun doute là-dessus, le groupe californien est la tête d’affiche incontestable de cette édition 2022, celui qui a attiré le plus de fans (certains venus du Brésil !) dans la plaine du Brabant flamand sur base de son seul nom.

Fan de Metallica à Rock Werchter. J.C. Guillaume

Sur scène, ça reste une machine bien huilée. Ecrans géants, structure de scène qui s’avance au milieu de la foule, caméras mobiles qui suivent chaque musicien (comme en jazz, les solos sont importants dans le metal), du feu, des flammes, le thème Ectasy Of Gold d’Ennio Morricone tiré du film Le Bon, La Brute et le Truand en ouverture (comme Pearl Jam la veille) et un répertoire offrant la part belle au catalogue old-school. Bref, Metallica sort la grosse artillerie avec bonne humeur et professionnalisme.

Au four et au moulin

On est loin des scènes de mosh pit des débuts (pour le pogo, il fallait aller au concert du groupe punk australien The Chats qui jouait sur la seconde scène en plein air The Slope). Les premiers rangs suivent la prestation attentivement mais ne sautent plus comme avant. Les musiciens, eux, sont au four et au moulin. Pas un refrain ou une intro de morceau où James Helfield n’harangue le public, " ses amis " comme il le dira plusieurs fois. On apprécie aussi les courses folles de Kirk Hammet sur l’avancée de scène et le jeu de basse époustouflant de Robert Trujjilo. Quant au métronome Lars Ulrich, casquette vissée à l’envers sur son crâne transpirant, il aime plus que jamais se lever à la fin d’une chanson, pour venir caresser ses cymbales en grimaçant de plaisir.
Sans surprise, Metallica puise encore et toujours dans son " Black Album " de 1991 (quatre titres joués ce vendredi). Et ça tombe bien, parce que l’assistance n’attendait que ça. Au second tiers du set, l’enchaînement de Nothing Else Matters, For Whom The Bell Tolls, More Into Flame (et des flammes il y en a eu) et Welcome Home (Sanitorium) était tout simplement grandiose. Un set sec, brut et carré. Bien vu.

Metallica à Rock Werchter 2022/ J.C. Guillaume

 

J.C. Guillaume

Metallica à Rock Werchter 2022/ J.C. Guillaume

Sur le même sujet
Plus d'actualité