Gui-Home: « Je faisais des petites vidéos pour mes amis »

Ils sont Belges, ils font parler d'eux. Comme ce comique, pur produit de la culture LOL

illu_031_guihome

Age?

Vingt-trois ans.

Profession?

Etudiant diffuseur de vidéos drôles. Ou pas.

Vraie profession?

Diplômé en communication, futur chômeur.

Que faites-vous pour devenir connu?

Rien. Malgré ça, je suis présent dans l’esprit de beaucoup d’étudiants – au départ, je faisais des vidéos pour les détendre – et maintenant de parents, de grands-parents, de profs.

Comment gérez-vous cette popularité?

Plutôt sereinement, je ne me dis pas que je suis devenu quelqu’un. C’est marrant et ça me permet de rencontrer plein de gens, mais ça ne facilite pas grand-chose.

Au contraire, plus vous serez célèbre, plus les choses vont se compliquer…

Et c’est là que les emmerdes commencent.

Quel a été le déclic pour faire ce que vous faites?

Mon retour de Paris où j’étais parti à 18 ans pour devenir comédien et, au final, je vendais des crêpes à la tour Eiffel. En rentrant, j’ai repris des études et je faisais des petites vidéos pour mes amis et puis, je me suis dit que j’allais les faire pour tous les étudiants. Et comme j’ai vu que ça prenait, je me suis dit qu’il fallait continuer.

Vos vidéos vous rapportent-elles de l’argent?

Oui, mais je refuse tout ce qui est commercial pour le moment.

Que vous refusez-vous?

Des publicités, des vidéos de promotion, et je refuse d’être payé pour m’asseoir à une table VIP en boîte de nuit.

Avez-vous besoin de reconnaissance?

La claque a été tellement forte à Paris où je suis parti en me disant que tout le monde devait apprécier ce que je fais que je suis beaucoup plus prudent aujourd’hui. Je me dis que je ne suis qu’un parmi tant d’autres…

Quel est votre rêve?

Etre en bonne santé le plus longtemps possible. Je suis hypocondriaque, j’ai très peur des maladies et j’appelle très vite mon médecin pour rien. C’est pour ça que je fais le con, pour oublier. Depuis tout petit, je ne comprends pas pourquoi on est d’accord de mourir. Et depuis que j’ai compris qu’on n’avait pas le choix, je ne comprends pas pourquoi on n’a pas le choix.

Que vous dites-vous le soir en vous endormant?

J’espère que je vais me réveiller demain.

Est-ce difficile en Belgique?

Non. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui veulent se faire connaître en France, mais de ma petite chambre à Namur, c’était facile.

Qui sont les gens que vous aimez au point de les considérer comme une influence?

Benoît Poelvoorde, François Damiens, et je reste un grand fan de François Pirette. Ses personnages sont ceux qui ont le plus influencé les miens.

Avez-vous déjà reçu des propositions pour la scène?

Joker.

Avez-vous déjà reçu des propositions pour la radio et la télé?

Oui.

Lesquelles?

Joker.

Pourquoi les gens doivent-ils vous aimer?

Pour compenser avec tous ceux qu’ils détestent.

 

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité