Taylor Swift met le géant de la billetterie Ticketmaster à terre

Après avoir provoqué des pannes sur les plateformes de streaming, la chanteuse américaine a mis à terre le géant de la billetterie Ticketmaster. Et c'est plutôt inquiétant.

Taylor Swift met le géant de la billetterie Ticketmaster à terre
AFP

Le 22 octobre à minuit, Taylor Swift sortait Midnights, son (déjà) dixième album. Les fans étaient tellement nombreux à se jeter dessus que Spotify et Deezer n’ont pas tenu le choc. Midnights est devenu l’album le plus streamé de l’histoire AVANT-même qu’il soit mis en ligne. Mais à minuit, c’était la panne sèche.

Cette fois-ci, c’est l’annonce de la mise en vente des tickets pour sa tournée américaine qui a cassé internet, mettant le géant de la billetterie Ticketmaster à terre AVANT-même que les tickets soient disponibles à l’achat. " En raison d’une demande particulièrement élevée (…) et d’un stock insuffisant de tickets restants pour satisfaire cette demande ", la vente publique, prévue vendredi, des billets de la tournée américaine de la chanteuse a été " annulée ", a annoncé Ticketmaster. Mardi, lors d’une prévente, deux millions de billets avaient été vendus. Un record pour une seule artiste.

A lire aussi: Le 10e album de Taylor Swift provoque des pannes sur Spotify

3,5 milliards de requêtes

L’affaire prêterait à sourire si elle ne cachait un sérieux dérèglement du système de billetterie aux Etats-Unis. Le monopole qu’y tient Ticketmaster, société mettant en vente les concerts du promoteur Live Nation, est pointé du doigt, tout comme le développement d’un marché noir dans le monde virtuel.

Concrètement, Ticketmaster a reçu… 3,5 milliards de demandes pour la tournée de Taylor Swift. Tout cela en prévente exclusive, alors que le compte des fans était vérifié et que chacun d’entre eux recevait un code de prévente. Selon la société, elle a été attaquée par " un nombre vertigineux de bots ". Résultat, le service a bugé à plusieurs reprises ; de nombreux fans sont restés plusieurs heures à attendre pour repartir bredouille, et ce même en ayant reçu leur code de prévente ; les prix ont grimpé en flèche, même pour des places à visibilité limitée. Un fiasco qui vient s’ajouter à d’autres…

Marché noir virtuel

En début d’année, Ticketmaster avait été sous le feu des critiques en vendant des billets pour Bruce Springsteen pouvant grimper jusqu’à plusieurs milliers de dollars selon le principe des " prix dynamiques " qui évoluent en temps réels selon l’offre et la demande. Ticketmaster s’était défendu en disant que cette technique avait été mise en place pour lutter contre le marché noir. Aujourd’hui, les tickets pour Taylor Swift se revendent déjà… entre 2.000 et 9.000 euros.

A lire aussi: Des billets pour Bruce Springsteen à 5.000 euros: l’arnaque des " prix dynamiques "

" Le marché de la revente de billets ayant atteint plus de 10 milliards de dollars ces dernières années, les artistes et les équipes ont perdu ces revenus au profit des revendeurs ", a déclaré Ticketmaster, ajoutant que les organisateurs d’événements tentaient de " récupérer ces revenus perdus " en " s’alignant sur les prix du marché ".

Pour contrer le marché noir sur internet, Ticektmaster a également développé sa propre plateforme – controversée – de revente. Mais la société insiste qu’elle n’est pas impliquée dans la revente des billets de Taylor Swift. Par ailleurs, elle devrait remettre des billets en vente : " Bien qu’il soit impossible pour tout le monde d’obtenir des billets pour ces spectacles, nous savons que nous pouvons faire plus pour améliorer l’expérience et c’est sur quoi nous nous concentrons ", dit le communiqué de la société.

Un monopole qui pose questions

Aux Etats-Unis, beaucoup pointent du doigt le monopole de Ticketmaster sur la vente des billets de concerts. Plusieurs élus américains ont critiqué la fusion, en 2010, entre Ticketmaster et le géant du divertissement Live Nation, qualifiée de " monopole hors de contrôle " par le démocrate David Cicilline, qui a demandé en 2021 au ministère de la justice américain d’enquêter sur " les efforts entrepris par Live Nation pour faire grimper les prix et étouffer la concurrence ". La députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez souhaitant des études sur " l’état de la concurrence dans le secteur de la billetterie ".

A lire aussi: Des places de concert de plus en plus chères : pourquoi les prix s’envolent

" Ticketmaster et sa maison mère, Live Nation Entertainment, ont un monopole sur le secteur qui leur permet d’abuser régulièrement de leur pouvoir, laissant les clients, les artistes et les salles de spectacle à leur merci ", a commenté auprès de l’Agence France-Presse Krista Brown, analyste membre de l’ONG American Economic Liberties Project. Déjà, dans les années 90, Pearl Jam dénonçait les pratiques de Ticketmaster. En vain.

Et en Belgique ?

Et en Belgique ? Sans être parfait, le paysage est un peu plus sécurisé. Ticketmaster est concurrencé par Tele Ticket Service pour les gros concerts, le Botanique travaille avec Ticketmatic et l’Ancienne Belgique a sa propre billetterie. De plus, les principales salles et les promoteurs du Royaume travaillent avec la société hollandaise TicketSwap pour la revente de tickets en toute sécurité. Et puis, Taylor Swift ne devrait pas venir en Europe avant l’automne prochain, de quoi prendre le temps d’anticiper un nouveau fiasco.

Sur le même sujet
Plus d'actualité