C’est quoi le problème avec Spotify et les autres plateformes de streaming musical ? La réponse en cinq chiffres

Le marché explose, les artistes plaident pour une rémunération équitable et plus de diversité.

Spotify une plateforme de streaming musical
© Unsplash

68 %

Selon l’étude du Gesac (Groupement européen des sociétés d’auteurs et compositeurs), le streaming représente 68 % de l’engagement musical global. En Belgique, 75 % des ventes se font en streaming, contre 10 % pour le vinyle et 10 % pour le CD.

60.000

Rien que sur Spotify, on compte 60.000 nouveaux titres chaque jour. L’ensemble des plateformes comptent 524 millions d’abonnés et offrent plus de 70 millions de titres musicaux différents.

93 %

Sur la plateforme Spotify, 93 % des artistes présents ne dépassent pas les mille auditeurs par mois.

15 %

Trente pour cent des revenus générés par le streaming restent dans les caisses des plateformes, 55 % vont aux firmes de disques, les auteurs et éditeurs devant se contenter de 15 %.

11

Sur Made In Belgium, la playlist de 100 titres créée par Spotify pour encourager “à écouter du local”, on trouvait la semaine dernière 11 artistes francophones (Lous And The Yakuza, Charles, Alex Germys…) contre 89 Flamands, et seulement trois chansons en français.

À lire aussi : Streaming musical: les artistes toujours laissés pour compte

Le point final

L’étude du Groupement européen des sociétés d’auteurs et compositeurs le rappelle: le vinyle et le CD résistent, mais le streaming est en croissance continue. Une bonne chose pour le public qui peut écouter ce qu’il veut, quand il veut et où il le veut.  Grâce à leur accès global, les plateformes offrent la possibilité à un artiste émergent de toucher n’importe quel foyer connecté du monde, ce qui est plus compliqué avec un format physique. Mais à moins de s’appeler Taylor Swift ou Ed Sheeran, un auteur ne peut pas gagner sa vie quand le business favorise une poignée de stars.  À l’instar de la Champions League où seuls les clubs les plus riches deviennent encore plus riches, l’étude du Gesac pointe aussi un manque de diversité culturelle sur les plateformes avec des algorithmes et des playlists téléguidant les choix d’écoute vers les œuvres les plus formatées, les plus consensuelles ou les plus sponsorisées.

Sur le même sujet
Plus d'actualité