Sur son album "Le monde réel", Dominique A n’a jamais si bien chanté

Entre espoir et inquiétude, Dominique A signe l’album “Le monde réel” et son premier recueil de poésie Le présent impossible.

Dominique A
© Jérôme Bonnet

On nous avait bien prévenus. Il n’y aurait pas de répit.” Sur son quatorzième album, Dominique Ané observe un monde qui change sans savoir où il va. Si la musique est lumineuse et que certains refrains offrent des portes de sortie engageantes (“Nous n’irons bien qu’avec les autres. Nous n’irons loin qu’avec les autres”), le propos est monochrome. Il y est question de virus, d’incendies, d’avalanches, d’éco-anxiété.  “C’est la réalité, explique-t-il. Il n’y a rien d’inventé ou de divinatoire. Le point d’ancrage de ces nouvelles chansons, c’est que nous n’avons pas le choix, il faut passer par là et avancer si on veut s’en sortir.

Dominique A ne joue jamais les moralisateurs sur “Le monde réel”. Il n’écrit pas avec une volonté didactique. “Je constate que je me sens de plus en plus à l’aise pour explorer ce terrain sociétal. Le fait de mettre les choses sur la table de manière poétique, comme sur la chanson Dernier appel de la forêt, en utilisant la fiction comme sur Le monde réel ou en renvoyant à l’enfance, permet d’en parler avec une certaine distance sans que cela devienne étouffant.” Après “La fragilité” (2018) et “La vie étrange” (“disque en forme d’accident heureux” en 2020) conçus en solitaire, il a eu envie d’un “environnement sonore collégial”. “Je suis passé de mes disques les moins chers à celui qui est le plus onéreux, rigole-t-il. Avec le producteur Yann Arnaud (Air, Cocoon), nous nous sommes entourés de musiciens venant du jazz ou de la musique improvisée. Je voulais entendre des cordes, de la flûte, une contrebasse, en tenant les guitares et les machines les plus éloignées.” Quelque part entre “L”imprudence” de Bashung et les épures organiques de Mark Hollis (Talk Talk), “Le monde réel” révèle de nouvelles richesses d’arrangements à chaque écoute. “La fragilité” et “Un monde étrange” étaient des disques peu nerveux. En alternant moments calmes et climax en forme de crescendo, “Le monde réel” est plus rythmé. Dominique A n’y a jamais si bien chanté. Il vient aussi de publier son premier recueil de poésie, Le présent impossible. “Des textes plus courts, une forme d’écriture différente de celles des chansons, une manière de combler le “vide” entre l’enregistrement des albums et ma prochaine tournée.

Le 5/10, Midis de la Poésie (lecture de ses poèmes). Théâtre des Martyrs, Bruxelles. midisdelapoésie.be

Le 2/2, W:Hall, Bruxelles.

Le 3/2, Centre culturel de Libramont.

*** Le monde réel de Dominique A. [PIAS]

Sur le même sujet
Plus d'actualité