Coldplay, le groupe le plus écolo de la planète?

Au stade Roi Baudouin quatre soirs de suite, mené par Chris Martin, le groupe anglais proposera un show révolutionnaire en matière environnementale. Explications.

Coldplay
© BelgaImage

Deux cent mille billets vendus. Un record absolu. Jamais un groupe n’a réussi à remplir quatre fois le stade Roi Baudouin au cours de la même tournée. On n’aime ou on n’aime pas le soft rock gentillet de ­Coldplay, mais force est de reconnaître que Chris Martin, Jonny Buckland (guitare), Will Champion (batterie) et Guy Berryman (basse) dominent le game. Avec Stromae (60.000 per­sonnes à Werchter Boutique, 50.000 aux Ardentes) et Rammstein (90.000 spectateurs à Ostende), c’est le groupe qui sera vu par le plus de Belges cet été.

Lancée le 18 mars au Costa Rica, leur tournée mondiale de 80 dates affiche complet partout où elle s’arrête. Déclinée en quatre actes (Planets, Moon, Stars, Home) venant souligner le concept de leur neuvième album “Music Of The Spheres” paru en octobre dernier, elle n’élude aucun hit: Clocks, Viva la v ida, Politik, In My Place, Yellow… Sur un plan visuel, le show s’annonce aussi spectaculaire, notamment avec l’utilisation de scènes différentes et des créations lumineuses sur les écrans.

Cahier des charges

Mais avec Coldplay, on sait depuis longtemps que les enjeux ne sont pas que musicaux. Dans tous ses aspects, même les plus futiles, ce périple illustre le profond engagement du groupe. Après avoir ­soutenu différentes causes ces vingt dernières années (Amnesty International, Unicef, Oxfam), Coldplay se montre précurseur en matière environnementale comme il l’avait promis dès 2017.  La formation avait alors annoncé ne plus vouloir repartir sur la route sans avoir établi au préalable un programme draconien afin de réduire la charge environnementale inhérente à ces tournées marathon.

Ce n’était pas un vœu pieux. Pour ce “Music Of The Spheres World Tour”, les Anglais se sont ainsi engagés par écrit à diminuer de 50 % les émissions de CO2 par rapport à leur dernière tournée en 2016-2017. “Nous avons pris contact avec des experts pour qu’ils nous aident, poste par poste, à atteindre cet objectif”, souligne Chris Martin. De l’interdiction du plastique aux confettis biodégradables, en passant par du biodiesel, rien n’a été oublié.

On entend déjà le chahut au fond de la classe. Tourner dans des stades avec des écrans LED, des lasers, des délires pyrotechniques, transporter le matériel et les équipes d’une ville à l’autre, d’un continent à l’autre, rassembler chaque soir des dizaines de milliers de personnes qui viennent ­parfois de très loin, ce n’est jamais bon pour l’empreinte carbone. C’est vrai. “Ils feraient mieux de ne pas tourner du tout”, lâchent les “haters” de Coldplay. Chris Martin et ses copains sont conscients de leur position délicate. Mais plutôt que de répondre à ceux qui les détesteront toujours, ils ont le mérite de s’inscrire dans une réflexion de fond tout en s’efforçant à ne pas ­reléguer au second plan la musique.

Outre cette prise de conscience verte, on ­soulignera aussi des gestes destinés à garantir l’accessibilité à tous les publics. Interprètes en ­langage des signes sur chaque date, visite tactile du backstage pour les personnes aveugles ou ­malvoyantes… Pendant le concert, Chris Martin demande aussi au public d’économiser la batterie des smartphones, de les couper pour mieux profiter du moment présent. Mais sur ce point, il risque de ne pas être entendu.

Les 10 commandements

1 ticket = 1 arbre
Pour chaque billet vendu, le groupe s’est engagé à planter un arbre. 1 million de tickets ont déjà été vendus. Une belle forêt…

Classe éco
Le jet privé, c’est fini. Les membres de Coldplay et leur équipe ­voyagent en classe économique sur des vols commerciaux des compagnies les plus “propres”.

10 %
Le groupe s’engage à reverser 10 % de tous ses gains (billets, merchandising…) à un fonds destiné à financer des initiatives environnementales.

Plastique
Il est banni de tous les lieux où se produit Coldplay.

Huile de soja
Tous les camions/bus de la tournée roulent au diesel bio HVO (Hydrotreated Vegetable Oil).

Dancefloor cinétique
À certains endroits, le sol foulé par les spectateurs convertit leurs mouvements en courant électrique.

Merchandising eco-friendly
Tous les t-shirts vendus sont garantis sans coton et 100 % éthiques.

Énergie renouvelable
Toute l’énergie utilisée par la production est garantie renouvelable ou à basse émission. Des panneaux solaires sont installés dans ­chaque stade. L’énergie produite est stockée sur batterie pour être réutilisée.

Confettis biodégradables
Une autre idée, mais zéro confetti, c’était peut-être une meilleure option.

Podium recyclé
À la fin de la tournée, le podium sera démonté et recyclé en mobilier.

Les 5, 6, 8 et 9/8, stade Roi Baudouin, Bruxelles (complet).

Sur le même sujet
Plus d'actualité