Nick Mason a ressuscité avec passion Pink Floyd au Cirque Royal

Avec Nick Mason’s Saucerful Of Secrets, le batteur de Pink Floyd nous a replongés dans les années psychédéliques du groupe anglais. Un délice pour les oreilles.

Nick Mason a ressuscité avec passion Pink Floyd au Cirque Royal
Nick Mason’s Saucerful Of Secrets. Crédit Nick Mason Official

Après plusieurs reports pour cause de Covid, nous avouons avoir presque zappé le concert de Nick Mason’s Sauceferul Of Secrets ce vendredi 17 juin au Cirque Royal. Mais quel bonheur d’y être allé en dernière minute. Déclinée en deux parties avec une brève pause pour se remettre de ses émotions, la prestation était bien sûr placée sur le signe de la nostalgie mais ce voyage dans le temps a aussi mis en avant la profonde musicalité de morceaux intemporels ayant marqué nos vies et qui en accompagneront encore de nombreuses autres.
Vingt-huit après la dernière tournée mondiale de Pink Floyd, Nick Mason (78 ans), fondateur, batteur et seul musicien à avoir joué sur tous les albums de la formation anglaise, a donc décidé de reprendre la route. Son idée ? Simple, légitime et intéressante. Il choisit de rendre hommage à la période que précède le blockbuster " The Dark Side Of The Moon " en se focalisant sur les morceaux psychédéliques devenus emblématiques, mais en y ajoutant des titres moins connus, voire inédits. Ainsi en présentant le loufoque Vegetable Man, Mason désannoncera avec son accent very british : " celle-là, vous ne l’avez jamais entendue. Pink Floyd ne l’a jamais joué en concert. Pas plus que Roger Waters, David Gilmour ou même le cover band The Australian Pink Floyd ".

One Of These Days

Mason est entouré par du beau monde : le guitariste Lee Harris, le bassiste Guy Pratt qui avait accompagné Pink Floyd sur scène sur les dernières tournées mondiales, le claviériste Dom Beken (proche collaborateur de Rick Wright) et, last but note least, Gary Kemp, l’ex-chanteur de Spandau Ballet (si, si) qui se révèle non seulement être un très bon interprète mais aussi un excellent guitariste. Dans un décor mêlant ambiances psyché du London sixties et motifs zen asiatiques, le show débute par l’énorme One Of These Days (album " Meedle " en 1971) et sa ligne de basse qui secoue les tripes. Le son est grandiose et les spectateurs vont très vite se rendre compte que les musiciens ont de l’espace pour s’exprimer et de la liberté pour se démarquer du jeu des absents. On rentre directement dans le concert et on n’en sortira plus.

L’hommage aux disparus

Grand gentleman, Mason rendra hommage à tous les membres de Pink Floyd. Des vidéos de Syd Barrett pendant Arnold Layne, des vannes très respectueuses adressées à Roger Water et David Gilmour et aussi le très beau Remember a Day dédié à Rick Wright. La première partie du set est la plus variée. A côté d’Arnold Layne et One Of These Days, le Nick Mason’s Saucerful Of Secrets exhume plusieurs titres d’ "Atom Heart Mother " (1970, le fameux disque " à la vache ") et " Obscured By Clouds ", l’album préféré de Nick Mason. Ceux qui ont vu le film Live At Pompéi se souviennent du jeu complètement " possédé " de Nick Mason. A 78 ans, le musicien est moins hippie dans le look mais il a gardé la niaque, l’énergie et la précision.

Echoes grandiose

La deuxième partie du set sera complètement féérique avec Astronomy Domine une version très appuyée de Lucifer Sam et les plus de vingt minutes d’Echoes. Tiré de " Meedle ", où il occupe toute la face B du vinyle, ce titre est la quintessence de Pink Floyd. Il est crédité Waters-Gilmour-Wright-Mason, il montre le fruit d’une vraie collaboration de groupe et illustre plusieurs facettes de leur univers (rock, impro, musique planante, répétition du thème principal, solos). Au Cirque, leur version a médusé le public avant que celui-ci libère tout son enthousiasme par une salve interminable d’applaudissements. Les martellements de Nick Mason pour appuyer le crescendo, le chant de Kemp qui a l’intelligence de ne pas essayer de copier l’original, le duel de solos de guitare entre le même Kemp et Lee Harris… Tout était grandiose.

Sur le même sujet
Plus d'actualité