Moderat, à consommer sans modération

Après six ans de silence, le trio berlinois de Moderat fait paraître son nouvel album “More D4TA” et décroche le jackpot.

Moderat
© Birgit Kaulfuss

En 2017, Moderat annonçait entrer en pause, quinze ans après la parution de son premier EP. “Nous voulions revenir à nos projets personnels”, explique ­Sebastien Szary, membre de Modeselektor alors que Sascha Ring, qui complète le trio, sort ses propres productions sous le pseudo Apparat. “Nous savions qu’il restait de belles pages à écrire avec Moderat, mais nous sentions qu’il fallait prendre du recul afin de voir comment nous pouvions nous réinventer.” Six ans après son album “III”, Moderat revient avec “More D4TA”. “Il y a les lettres qui forment le nom du groupe, le chiffre “4” parce qu’il s’agit de notre quatrième album, mais on peut aussi le prononcer “more data”. C’est un des thèmes du disque: l’humanité croule sur les données. Ça pose des questions sur la vie privée, la mémoire virtuelle, la capacité pour un cerveau à absorber ce flux continu d’informations. C’est à la fois fascinant et inquiétant.

Toujours dotés d’un fort pouvoir mélodique et mélancolique, les nouveaux titres de Moderat se parent d’atouts pop (Easy Prey, More Love, Copy Copy), mais n’oublient pas les fondamentaux, à l’instar de Neon Rats, climax d’un disque équilibré entre chansons et instrumentaux. “Neon Rats est le dernier titre composé pour “More D4TA”. Il a été créé après un concert de Moderat en août dernier à Kiev. Nous avions ressenti comme jamais une sorte de lâcher-prise dans l’atmosphère. Le public ukrainien retrouvait la liberté après la pandémie, mais on parlait déjà beaucoup de la menace d’une invasion russe. J’aime l’idée que Neon Rats capture cette atmosphère contrastée.

Évoquant la Belgique, Szary reste surpris de l’adulation dont Moderat jouit chez nous. “Après l’annonce de notre participation à Rock Werchter, on espérait remplir une Ancienne Belgique à la rentrée. Mais trois soirées de suite, c’est complètement irrationnel.” Autre souvenir belge, ce concert donné en avril 2016 au Cirque Royal, deux semaines après les attentats ayant fait 32 morts à Bruxelles… “En venant à Bruxelles, nous sommes passés près de l’aéroport. On a vu les dégâts. Devant le Cirque Royal, il y avait des militaires et des barbelés. Le public avait bravé sa peur et ça nous a émus. Ce soir-là, on s’est dit que la musique était plus que jamais un acte de résilience.

Le 30/6, Rock Werchter (complet). Les 25, 26 et 27/10, AB, Bruxelles (complet).

**** More D4tA. N.E.W.S

Sur le même sujet
Plus d'actualité