Zeit, le nouvel album de Rammstein: riffs, synthés et ironie (vidéos)

Le groupe allemand Rammstein sort son huitième album "Zeit" qui explose tous les codes du metal. Grosse claque. En concert complet les 3 et 4 août à Ostende.

Rammstein sort son nouvel album Zeit

Oui, c’est bien le champion canadien des ballades rock FM Bryan Adams, par ailleurs photographe, qui a pris les clichés promotionnels du nouveau Rammstein, notamment celui de la pochette où on voit le groupe allemand descendre le Trudelturm, un bâtiment technique issu de la recherche aéronautique construit entre 1934 et 1936. Ça, on l’écrit pour faire notre malin. Mais sachez que ce n’est pas la seule surprise de ce huitième album impeccablement teasé par les singles Zeit (Le Temps) et Zick Zack, leur génial pamphlet sur le marketing de la chirurgie esthétique.

Riche de onze morceaux, "Zeit" a été enregistré à Saint-Rémy-de-Provence, sans qu’on y sente pour autant l’influence des cigales ou du rosé servi frais. Par contre, Rammstein démarre les choses de manière atypique avec Armee der Tristen (L’Armée des Tristes), ballade puissante emmenée par du piano et le chant posé de Till Lindemann. Le texte est tiré d’un poème du recueil 100 Gedichte publié par Till Lindemann en 2020. On a encore pas mal de piano sur Zit et Schwartz avant de retrouver le Rammstein plus classique.

Mortalité et consumérisme

Gros riffs de guitares joués par Paul Landers et Richard Z. Kruspe, décharges telluriques de synthétiseurs, voix puissante, rythmiques industrielles, montée et descente de testostérone… Avec ce petit jeu dont ils maîtrisent parfaitement toutes les astuces, la formation aux vingt millions d’albums vendus balance les imparables Zick Zack (qu’on connaissait déjà), OK ou encore le forcément terrifiant Angst (Peur). Autant de morceaux taillés pour la scène et se fondant parfaitement dans leur répertoire traditionnel.

Auf Wiedersehen

Entre failles (la ballade faussement crépusculaire Meine Tränen encore tirée d’un poème de Till Lindemann), réflexion sur la mortalité (Zeit), critique du consumérisme (Zick Zack, Giftig) et beauferie (Dicke Titten qui se traduit effectivement par Gros Seins), Rammstein sort aussi de sa zone de confort avec l’étrange Lügen (Mensonges). Sur cette chanson au troublant crescendo, Rammstein met des synthés à la Depeche Mode époque "Music For The Masses" et pique le vocodeur de Kanye West pour trafiquer la voix de Till Landeman. Un titre qui va diviser leurs légions de fans. Et, comme dans toutes les belles histoires, car celle de "Zeit" en est une, tout se termine par la chanson Adieu où le refrain répète dans les trois langues "Adieu, Goodbye, Auf Wiedersehen". Un morceau tout choisi pour clôturer leur rappel à Ostende.
Les 3 et 4/8, Park De Nieuwe Koers, Ostende (complet)

Rammstein sort son nouvel album Zeit. Crédit Bryan Adams/Universal

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité