Comment le marché belge de la musique a réussi à rebondir en 2021

L'industrie musicale belge se réjouit de son rebond au cours de l'année passée et analyse les raisons de ce succès.

Illustration d'un disque
Illustration d’un disque @BelgaImage

Si l’industrie musicale belge avait vu son chiffre d’affaires stagner (-0,1%) en 2020 en raison des confinements, ses ventes ont à nouveau connu la croissance l’an dernier, de 16%, indique lundi la Belgian Recorded Music Association (BRMA, anciennement BEA Music), qui représente les distributeurs et producteurs musicaux.

Le streaming et les vinyles

Le chiffre d’affaires de l’industrie a atteint en 2021 90,94 millions d’euros, il était environ de 78 millions en 2020 mais également en 2019. "Grâce notamment à une série de sorties importantes, à un assouplissement des mesures et à un public fidèle, nous avons vu le marché se redresser après une période de faible croissance", se réjouit la BRMA.

Le streaming est indéniablement devenu le moteur de la croissance, en représentant pas moins de 75% du chiffre d’affaires total. Reste que les ventes physiques ne sont pas mortes, et qu’elles ont augmenté l’an dernier pour la première fois depuis des années, principalement grâce à la "croissance impressionnante" des ventes de vinyles (+78% à 8,69 millions d’euros).  Les ventes de CD ont réalisé un chiffre d’affaires de 9,4 millions d’euros, soit une baisse de 1,5%.

Sur le même sujet
Plus d'actualité