Calexico, Denzel Curry… Les sorties albums à ne pas manquer

Au programme: le nouvel album ensoleillé de Calexico, les vertus apaisantes de Lavinia Meijer, le retour de Pavement et l'efficacité de Denzel Curry.

Calexico
Calexico. © Prod

Calexico

“El Mirador” est le dixième album de Calexico. Le binôme composé de Joey Burns et de John ­Convertino l’a composé à Tucson dans le home studio du claviériste Sergio Mendoza. Le disque ­marque l’après-pandémie et l’après-Trump. C’est l’espoir, le sens de la fête et celui de l’ouverture qui dominent. “”El Mirador” est dédié à la famille, aux amis et à la communauté, confirme Joey Burns, chanteur, multi-instrumentiste et papa de jumelles. La pandémie a mis en ­évidence toutes les façons dont nous avons besoin les uns des autres, et la musique est notre façon de construire des ponts et d’encourager l’inclusion et la positivité. Cela s’accom­pagne de tristesse et de mélancolie, mais nos chansons ont surtout pour thèmes le changement et le mouvement.

Burns et Convertino, qui se produisent ensemble depuis plus de trente ans, partagent un amour profond du jazz et construisent généralement des chansons sur une base de basse et de batterie. Mais toutes ces années plus tard, Calexico innove toujours. Les sonorités d’“El Mirador” sont parmi les plus ensoleillées que le groupe ait proposées. Signatures de Calexico, les mariachis et le vocabulaire lié au désert sont plus que jamais présents dans leur rock à la sauce tex-mex. Mais on retrouve aussi de l’accordéon, des percussions, de la cumbia et du son cubain. Un conseil encore, commencez le disque par la fin, c’est là qu’on y trouve leurs plus beaux morceaux (Turquoise, Constellation, Rancho Azul). Un grand cru.

Le 13/5. Ancienne Belgique, Bruxelles.

*** El Mirador. City Slang

Lavinia Meijer

Virtuose de la harpe classique, l’artiste d’origine sud-coréenne a ouvert au cours de sa prolifique carrière son champ d’investigation à l’électro, au jazz ou encore au soundtrack (notamment avec Philip Glass). Sur ce nouvel album, elle alterne compositions originales inti­mistes et œuvres contemplatives puisées notamment dans le catalogue de Ryuichi Sakamoto (Solitude) et Olafur Arnalds (Saman). Le sommet de ce disque aux vertus apaisantes vient de la collaboration avec l’Iguane punk Iggy Pop qui récite de sa voix de crooner Mom & Dad, un poème bouleversant qu’il a écrit à la mort de ses parents. Superbe.

*** Are You Still Somewhere? Sony Classical 

Pavement

En 1999, quand Pavement s’enferme en studio avec Nigel Godrich (Radiohead) pour enregistrer son cinquième album, ça sent la fin. Lassé du peu d’enthousiasme de ses camarades, le leader ­Stephen Malkmus pense déjà à sa carrière solo. À sa sortie, “Terror Twilight” va décevoir les fans et le groupe va imploser. Enrichie de nombreux inédits (45 titres au total), sa réédition rend justice à la pop indie faussement nonchalante et toujours remuante de la formation américaine qui, du coup, repart en tournée. ­Pourquoi pas…

Le 7/11. Cirque Royal, Bruxelles.

*** Terror Twilight: Farewell Horizontal. Matador/V2 

Denzel Curry

En musique, et particulièrement en hip-hop, tout va très vite. À vingt-sept ans, le rappeur de Carol City (Floride) est non seulement considéré comme un vétéran, mais pour certains il fait déjà figure de has been. Le bonhomme affiche pourtant la grande forme sur ce cinquième album. Des titres comme Melt #1 et X-Wina ­montrent la puissance de son flow. Ailleurs, il s’ouvre aux influences néo-soul (Walkin), jazz (Worst Comes To Worst) ou old school (Mental avec le poète slam Saul Williams). Un disque dense et intense qui le remet dans le game.

Le 6/5. Ancienne Belgique, Bruxelles.

*** Melt My Eyez See Your Future. Loma/Vista/Virgin Records

Sur le même sujet
Plus d'actualité