The Cure, Sting, Madonna… Les pop stars se mobilisent pour l’Ukraine

Condamnation de Madonna, tournée russe annulée par Iggy Pop, retrait de Pink Floyd des plateformes russes, appel aux dons de Sting, T-shirts caritatifs de The Cure: des initiatives en faveur de l'Ukraine émergent dans la sphère pop/rock.

Robert Smith de The Cure
AFP

Depuis sa mise en ligne sur son compte Instagram début mars, la vidéo de trois minutes cumule 2,2 millions de vues. Sting rejoue à la guitare acoustique, dans son studio accompagné d’un violoncelliste, son hit " Russians ", titre de 1985 qui appelait à la désescalade et à la paix dans le monde.

En préambule, le leader de Police, face caméra, dénonce la " décision sanglante " d’un homme (Vladimir Poutine, qu’il ne nomme pas) d’" envahir un pays voisin pacifique ".

" Pour les courageux Ukrainiens combattant cette tyrannie brutale et aussi pour les nombreux Russes qui manifestent (…) en dépit des menaces d’arrestation et d’emprisonnement ", poursuit l’artiste. Son compte Instagram renvoie vers les coordonnées d’un organisme d’acheminement d’aides à l’Ukraine.

T-shirts aux couleurs de l’Ukraine

The Cure a posté cette semaine sur ses réseaux sociaux un lien pour la vente de T-shirts du groupe, au nom repeint en bleu et jaune, au profit de l’Agence des nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Robert Smith, leader du groupe, retweete aussi des messages des réseaux sociaux dédiés à Alexeï Navalny, ennemi juré du Kremlin, contre lequel le parquet russe vient de requérir 13 ans de prison.

De nombreux acteurs de la scène pop/rock mondiale ont aussi annulé leurs tournées prévues cet été en Russie, avec des messages pro-ukrainiens sur leurs réseaux. " Nos pensées sont avec les Ukrainiens et toutes les personnes courageuses qui s’opposent à cette violence ", écrit ainsi Iggy Pop, qui devait se produire à Moscou en juillet.

Héritage culturel russe

" Ukraine, nous sommes à tes côtés, et avec tous ceux en Russie opposés à cet acte brutal ", mentionne aussi Nick Cave. Le même message, à quelques mots près, revient chez Gorillaz, un des projets de Damon Albarn, ex-leader de Blur, qui a supprimé les dates russes de sa tournée mondiale.

Le leader et guitariste du groupe Franz Ferdinand, Alex Kapranos, fait quant à lui la distinction sur ses réseaux entre l’administration de Vladimir Poutine, qu’il dénonce tout comme " l’invasion de l’Ukraine par l’État russe ", et l’héritage culturel de la Russie, " ce grand pays qui a inspiré notre groupe à travers son art et sa littérature ".

D’autres ont des mots plus virulents. Stevie Nicks, chanteuse de Fleetwood Mac, compare ainsi sur ses réseaux Vladimir Poutine à " Hitler revenu nous hanter ", souhaitant qu’il finisse par se " changer en poussière ".

Même comparaison dans une vidéo sur le compte Instagram de Madonna où la mégastar fait se juxtaposer dans un montage vidéo des images d’Adolf Hitler et Vladimir Poutine. Sur fond de sa chanson " Sorry " où on entend " J’ai écouté tes mensonges et tes histoires/Tu n’es pas la moitié de l’homme que tu prétends être ".

" Poutine doit partir "

" Poutine doit partir ", tweete aussi David Gilmour, pilier de Pink Floyd, qui révèle que sa belle-fille est ukrainienne. Toutes les musiques de Pink Floyd (depuis 1987) et de David Gilmour en solo ont d’ailleurs été retirées des sites de streaming russes et biélorusses en signe de " condamnation ferme de l’invasion russe ".

Dans les rangs de l’électro, Laurent Garnier, figure tutélaire internationale, participe à une compilation (" Together for Ukraine ", " Ensemble pour l’Ukraine "), support d’un appel aux dons pour différents organismes ukrainiens.

Enfin, les réseaux sociaux du festival défricheur néerlandais Eurosonic ont mis en avant sur leurs playlists des artistes d’Ukraine, comme Alyona Alyona, ancienne enseignante de maternelle, qui rappe en ukrainien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité