Le pianiste Richard Clayderman, "prince du romantisme", sort un nouvel album

Richard Clayderman, alias le «Mozart du Walkman», dévoile un nouveau disque avec des adaptations d'artistes comme Ed Sheeran et Coldplay.

Portrait de Richard Clayderman
Portrait de Richard Clayderman, à Neuilly-sur-Seine le 28 janvier 2022 @BelgaImage

"La musique d’ascenseur a des vertus: on l’entend partout!": le pianiste Richard Clayderman, l’un des rares artistes français adulés à l’étranger, est de retour avec un 35e album studio fin février, "Forever Love", réunissant des inédits et des adaptations d’Ed Sheeran et Coldplay.

"J’ai été très surpris par le succès"

Surnommé le "Mozart du Walkman" par Renaud dans une chanson de 1981, sacré "prince du romantisme" par l’ancienne Première dame Nancy Reagan, l’artiste révélé en 1977 par la mélodie entêtante de "Ballade pour Adeline" -écoulée à plus de 22 millions d’exemplaires dans 38 pays- n’a jamais quitté la scène depuis. Il revendique à ce jour plus de 2.000 concerts, 1.400 enregistrements et 90 millions d’albums couronnés par 340 disques d’or et de platine.

Suivi par deux millions de personnes sur Facebook, l’un des pianistes les plus populaires au monde n’en revient toujours pas: "J’ai été très surpris par le succès. J’étais le pianiste de Thierry Le Luron, et le compositeur Paul de Senneville m’a proposé un jour d’adapter au piano ‘Ballade pour Adeline’. On s’est dit ‘on verra bien ce que ça donne’…", raconte-t-il à l’AFP. "Cela a été un détonateur terrible pour ma carrière. On était pourtant en pleine période disco… Cette mélodie toute simple, devenue universelle, a touché le cœur des gens. Depuis, je n’ai jamais arrêté…", confie Richard Clayderman, 68 ans, avant une nouvelle tournée qui le mènera en Amérique latine, aux États-Unis, au Canada et en Chine cette année.

Il a commencé à jouer à cinq ans, son père étant professeur de piano et donnant ses cours sur l’instrument familial placé dans le salon. "J’ai été attiré naturellement. Il m’a donné les bases et j’ai été admis au Conservatoire à mes douze ans", se remémore Richard Clayderman, qui a été accompagnateur de plusieurs artistes dont Thierry Le Luron. "Il m’a imposé dans les émissions. Je lui dois beaucoup…", poursuit-il.

"Nul n’est prophète en son pays!"

Après le succès de "Ballade pour Adeline", il se produit treize fois à la prestigieuse Salle Pleyel, alors dédiée à la musique classique. "J’ai toujours eu des détracteurs… Des musiciens classiques ne comprennent toujours pas, sauf ceux qui m’accompagnent sur scène. À la fin du concert, ils se rendent compte de la ferveur du public. C’est un peu une petite revanche", relève Richard Clayderman. Lui se réjouit que le public puisse s’intéresser au répertoire classique à travers sa musique: "Ma plus belle récompense, ce sont les enfants qui débutent le piano avec mes morceaux", explique celui qui se considère toujours comme "un modeste interprète".

Il loue le travail du compositeur Paul de Senneville qui, s’il ne joue d’aucun instrument, "a le don pour trouver des mélodies qui parlent aux gens". "Mon travail est de les retranscrire pour le piano et de les interpréter. Je me donne du mal pour que ça sonne bien", décrit-il.

Il regrette malgré tout que le succès à l’étranger l’ait éloigné de la France, un phénomène qui concerne aussi Mireille Mathieu, autre ambassadrice de la variété française à travers le monde. "Je me situe entre pianiste classique et pianiste de musique populaire. Ce titre de ‘prince du romantisme’ que m’a donné Mme Reagan va très bien avec la musique que je joue. En France, c’est un peu péjoratif, alors qu’à l’étranger, la France est la patrie du romantisme", souligne le musicien qui vit à Paris. "C’est bien connu: nul n’est prophète en son pays…", sourit-il.

Sur le même sujet
Plus d'actualité