The Weeknd prend un coup de vieux sur son nouvel album Dawn FM

The Weeknd s’offre un voyage dans le temps sur son cinquième album "Dawn FM", disponible dès ce vendredi 7 janvier. Sur fond de sonorités rétrofuturistes, l’artiste canadien s’interroge sur le monde de demain pour mieux apprécier le temps présent. Notre verdict.

The Weeknd sort Dawn FM
The Weeknd sort Dawn FM © DR

" Dawn FM ", nouvel album de The Weeknd est sorti ce vendredi 7 janvier sur les toutes les plateformes d’écoute. Et même si tout le monde parle de grosse surprise, c’est tout sauf ça. Depuis le mois de mai 2021, l’artiste de Toronto a teasé ce cinquième disque studio avec une rare sens du marketing. Un indice par ici, un titre par-là, des noms d’invités et enfin la date d’atterrissage de cet ovni musical qui jette des pistes sur le monde demain toute en recyclant avec génie les sons d’hier… Abel Makkonen Tesfaye a bien fait monter la pression et lâche désormais le son. C’est parti!

Jingles Radio 

Riche de seize pistes, " Dawn Fm " débute comme on lance un programme radio. Générique instrumental, jingle (" Vous êtes sur 103,5 Dawn Fm" ), une voix chaude d’un animateur mi-réel, mi-virtuel avant de lancer les notes de la ballade Gasoline. Suivent trois tracks dansants, tous réussis. How To Make Love You Me !,  le déjà connu Take My Breath et l’excellent Sacrifice croisent les rythmiques disco, les beats eighties et la french touch chère à Daft Punk. L’influence du duo casqué, avec qui The Weeknd avait collaboré sur " Starboy " en 2015, est encore plus marquée sur A Tale By Quincy. Dans sa construction, ce titre est un plagiat du Giorgio que Daft Punk avait enregistré avec le producteur Giorgio Moroder sur leur album  " Random Access Memories " en 2013, sauf qu’ici c’est Quincy Jones qui parle en intro tandis que The Weeknd avoue " Il y a eu beaucoup trop de traumatisme dans ma vie. "

Amour et rupture

S’interrogeant sur les amours gagnées et/ou perdues, sur le temps qui passe et sur les décisions qui peuvent s’avérer lourdes de conséquence,  la star canadienne fait souvent la différence avec son timbre vocal particulier. Malgré la présence de Tyler, The Creator, c’est ainsi The Weeknd, et lui seul, qui sublime la ballade pop sulfureuse Here We Go… Again, sans doute l’une des plus belles plages du disque. On a  droit aussi à des solos de synthés qui montrent qu’il a dû certainement écouter le " Discovery " du groupe Electric Light Orchestra, des jolis effets sur les voix (Best Friend qui explore le thème des amitiés impossibles, Don’t Break My Heart sur celui de la trahison sentimentale) et à une rencontre au sommet avec Lil Wayne sur le futur summer hit I Heard You ‘re Married. Après un nouvel hommage aux années 80 (Less Than Zero, chanson un poil putassière et titre en clin d’œil au roman de Brest Easton Ellis), le trip se termine par une outro avec la voix de Jim Carrey sur le bien nommé Phantom Regret By Jim. Un carton et un disque à écouter au casque comme une émission radio d’antan… ou de demain. C’est tout le génie du garçon.

The Weeknd, Dawn FM, Xo/Republic Records/Universal

Sur le même sujet
Plus d'actualité