Sorties albums: Neil Young, le feu sacré

Le prolifique artiste canadien retrouve son Crazy  Horse pour dix chansons urgentes.

Neil Young
© BelgaImage

Une guitare sèche, un harmonica et des notes d’accordéon jouées par Nils Lofgren (E Street Band)… Avec Neil Young, nul besoin d’artifices ni de préliminaires.  L’intro de Song Of The Seasons, ballade folk désabusée, nous plonge directement dans le bain. Ou plutôt dans la grange (“Barn”) qui donne son titre à ce 41e album enregistré dans l’urgence. Le narrateur, un “old man” (Neil Young himself) regarde par la fenêtre les saisons qui se succèdent et le monde qui change. Et franchement, il n’y a pas de quoi danser sur la table. Plus loin, il met de l’électricité, des riffs saturés et de la hargne pour crier son pessimisme. “Aujourd’hui personne ne prête attention. Demain, personne ne partagera”, dit-il sur le rageur Human Race.

Avec son Crazy Horse remanié (Nils Lofgren assure aussi les solos de guitare avec sa Gibson), l’artiste de 71 ans alterne réflexions sur une Amérique qui ne tourne plus rond et chansons d’amour épurées. Il crie, il pleure. Il vit… Disque varié, “Barn” offre aussi un blues poignant (Change Ain’t Never Gonna), des cavalcades épiques (Human Race, Canerican), mais aussi des refrains qui sentent le cow-boy (Shape Of You) avant de se refermer par Don’t Forget Love, ritournelle en piano/voix pleine d’espoir qui montre que le Loner croit encore en l’espèce humaine. Pas de remplissage, dix chansons qui vont à l’essentiel, un excellent cru.

*** Neil Young & Crazy Horse. Barn. Warner Music

Sur le même sujet
Plus d'actualité