Béesau: " Je rêve d’un truc avec Damso "

« J’ai toujours eu de mal avec l’autorité », déclare Béesau, le trompettiste français qui met du groove dans la musique urbaine. Interview à l’occasion de la sortie de son album « Coco Charnelle ».

Béesau

Dans l’interview vidéo qu’il a accordée à notre consœur Christel Lerebourg, Béesau cite en vrac The Pogues, Drake, Damso (avec qui il aimerait bosser), Sheila, Mac Miller ou encore Disiz. Autant dire que le garçon n’avance pas avec des œillères et se fout du conflit des générations.

Formé au solfège, au jazz et à la trompette dès sa plus tendre enfance, Béesau a reçu un ordinateur à l’âge de quatorze ans et découvert dans la foulée les beats de DJ Premier, moitié du duo hip-hop old-school Gang Starr. Et sa vie a basculé. Après un premier EP et une mixtape parue sur la filiale française du prestigieux label de jazz Blue Note, cet artiste sort aujourd’hui « Coco Charnelle », première partie d’un album dont la suite est prévue pour 2022.

Des noces soniques

Ne cherchez pas, sur le marché francophone, vous ne retrouverez rien qui ressemble à ça. Sur « Coco Charnelle », Béesau malaxe hip-hop moderne et jazz groovy. Il convie à ces noces soniques des beats mécaniques, sa trompette bein sûr, mais aussi des instruments organiques. Les morceaux chantés s’y enchaînent avec des instrumentaux qui ne sont pas là pour « faire joli » dans le décor.

Un feat. avec Primero

Boosté à son groove et sa mélancolie, les compositions de ce jeune prodige né sur l’île de Ré ne tombent jamais dans la démonstration et l’esbrouffe. Cerise sur le gâteau, ses featurings soulignent encore davantage son goût de l’aventure, à commencer par l’euphorique Un jour de moins, sa collaboration fructueuse avec notre compatriote Primero de L’Or Du Commun. Pour tous les adeptes de la formule « Dis-moi ce que tu écoutes, je dirai ce que tu es », on vous laisse découvrir l’interview réalisée par Christel.

Béesau, Coco Charnelle, Universal.

Sur le même sujet
Plus d'actualité